Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 10:50

Le Parti Populaire, unique parti représentatif de la droite espagnole, actuellement au pouvoir, est embourbé dans de grossiers scandales de corruption, une situation économique et sociale presque ingérable et l'agitation indépendantiste de ses alliés catalans.


Les signes avérés de  corruption massive au sein de la droite espagnole ont été dénoncés depuis longtemps par la presse indépendante de Madrid. Au pouvoir depuis belle lurette dans les communautés autonomes du Pays Valencien, de la région de Murcie et dans la capitale, les détournements massifsde fonds publics, et les conflits d'intérêt de haut vol ont contraint de nombreux ténors du PP à la démission. Ils doivent maintenant s'expliquer, avec l'assistance de coûteux avocats, devant la justice. Mais aujourd'hui le scandale se situe aussi au niveau national.


En 2005 le gouvernement socialiste de José-Luis Rodriguez Zapatero avait fait abroger une loi qui autorisait les partis reconnus, au-delà des subventions publiques, à recevoir des dons anonymes dont le montant était illimité. Les sommes perçues devaient toutefois figurer dans les comptes justificatifs. Mais avec le scandale touchant le dernier trésorier du PP, Luis Bàrcenas (lui et deux autres personnalités possédaient des comptes multi-millionnaires en Suisse), on a découvert que le PP avait tenu une comptabilité parallèle alimentée par les donations anonymes. Avec une partie de ces fonds non déclarés, chaque mois, le trésorier distribuait des enveloppes personnalisées, dûment cachetées, d'un montant proportionnel à l'importance des fonctions occupées par les cadres. En moyenne 10000 euros par enveloppe. Parmi les bénéficiaires on va jusqu'à citer Manuel Aznar (qui menace El Pais d'une attaque en justice) et l'actuel chef du gouvernement, Mariano Rajoy. Mais jusqu'ici on semble être dans le domaine de la spéculation. Ces primes anonymes visaient sans doute à  aider les destinataires à surmonter les durs temps de l'opposition...

Un scandale majeur egeneralitatst donc annoncé par une partie de la presse espagnole.

Seule une membre de la direction du PP a déclaré être disposée à ouvrir ses comptes bancaires aux enquêteurs.

 

Autre cauchemar de la droite gouvernante: la Catalogne où les conservateurs catalans, alliés pour la circonstance à la gauche républicaine, veulent faire débattre le Parlement de cette région autonome d'un projet de référendum souverainiste. Mais de violentes disputes opposent le président de la Generalitat, Artur Màs, à ses amis de l'aile Uniò de la CiU*. En fait ce parti de centre-droit a déjà éclaté. Le PS catalan est contre le referendum projeté.

Le seul point d'accord au sein de la coalition au pouvoir: le refus d'obtempérer à l'ordre du gouvernement central de présenter un budget en équilibre. Celui de la Generalitat affichera un déficit de 2,5% cette année. Il s'ajoute à une accumulation de comptes négatifs. Dans une entreprise on dirait que la Catalogne est en faillite.

 

Enfin, autre casse-tête pour Rajoy: le taux de chômage atteint 26% de la population en âge de travailler, et une partie des chômeurs a même renoncé à chercher du travail. De quoi broyer du noir. Le désastre est tel que même la gauche hésite à se réjouir de malheurs de ses adversaires. Quant à l'union européenne elle a déjà rappelé qu'il n'était pas envisageable d'accueillir en son sein des Etats sécessionnistes.


Antoine Blanca


* CiU, Convergencia i Uniò en catalan est supposée unifier deux forces politiques, Convergencia et Uniò; aujourd'hui elles ont engagé une procédure de divorce...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens