Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 09:18

La coïncidence n'est pas passée inaperçue des Espagnols: le Président du gouvernement, José-Luis Rodriguez Zapatero, a annoncé le 26 septembre la dissolution des deux chambres (Congrès des députés et Sénat) et fixé la date des élections générales au dimanche 20 novembre 2011, anticipées de quatre mois par conséquent.

20 novembre, date marquante dans l'histoire de l'Espagne moderne.

20 novembre 1936, d'abord. Premiers mois de la guerre déclenchée par la rebellion militaire que va diriger le général Francisco Franco. Le parti fasciste espagnol, la Phalange, a pour chef charismatique un jeune aristocrate, marquis de Estella (Navarre), José Antonio Primo de Rivera. Quand éclatent le coup d'Etat, et la guerre, il a la malchance de se trouver emprisonné (pour possession illégale d'armes) à Alicante, ville fidèle à la République. Il est  promptement condamné à mort (conspiration et rebellion militaire) et fusillé.

Le 20 novembre 1936...Une erreur stratégique du gouvernement de la République, car il n'est pas douteux que José Antonio, avec ses escouades phalangistes soutenues par Mussolini, se serait opposé à Franco, à son conservatisme social et à son archaïsme militaire. D'ailleurs son successeur, Manuel Hedilla, sera condamné à mort par la dictature, laquelle put alors utiliser sans restriction ni pudeur, la figure outrageusement idéalisée du fondateur du fascisme espagnol, transformé en saint et martyr de l'iconographie du régime...

L'autre 20 novembre historique: la mort du Caudillo, le général Francisco Franco, en 1975, au terme d'une interminable agonie. Après la chute du salazarisme au Portugal, le 25 avril 1974, la dernière dictature d'Europe occidentale n'allait pas tarder à disparaître.

On voit bien que les électeurs espagnols iront aux urnes, le 20 novembre, avec la mémoire de ce récent et douloureux passé ressucité par le calendrier, un jour de libre expression démocratique. En dépit des incertitudes de la crise, ils pourront mesurer le chemin parcouru dans le bon sens, celui de la non-violence et de la liberté individuelle.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens