Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 11:39

Les Espagnols sont parvenus à construire de solides fondations démocratiques qui se renforcent encore face à l'adversité économique. Le gouvernement que préside toujours José Luis Rodriguez Zapatero, Secrétaire général des Socialistes, en sait quelque chosePratiquement inconnu en dehors des cercles militants castillans, il est rapidement devenu politiquement incontournable, surtout quand il eût conduit les siens à une seconde victoire consécutive aux élections générales. Son attachement à la construction européenne et à l'unité de l'Etat espagnol dans le respect des autonomies régionales (considérables en Catalogne et en Euskadi), ne se sont jamais démenties.

En revanche son aspiration à l'égalité sociale, au droit à l'éducation et à la santé pour tous, à une démocratisation du droit au logement, se sont heurtés de front et à la crise générale, et à des institutions européennes dominées par la droite libérale. Il est vrai que presque partout l'Europe vote à droite marginalisant, chaque jour davantage, les gouvernements socialistes du sud.

Aujourd'hui après la défaite aux dernières élections locales et régionales, le PSOE doit réviser ses analyses et sa stratégie.

En ce qui touche sa personne, Zapatero n'avait pas attendu le récent verdict des urnes pour annoncer son départ du gouvernement et de la Direction du PSOE...après les élections législatives de 2012. Il n'y aura toutefois pas de primaires pour la désignation de son successeur. Elles devaient opposer le vice-président Pérez Rucalba (ministre de l'intérieur), à la Ministre de la Défense, la catalane Carme Chacòn. Car, devant l'étendue du désastre électoral du 22 mai, cette dernière a laissé son concurrent annoncé seul en course.

Rucalba dirigera la prochaine campagne des législatives.

Dès cette semaine il va entrer en campagne en Andalousie, vaste communauté région qui s'apprête à voter à son tour. Ce fief socialiste traditionnel va-t-il tomber à son tour?

En tout état de cause la défaite du 22 mai a produit un effet unificateur dans la gauche et, last but not least, mis sur le devant de la scène un futur leader (il en a l'étoffe), le lendakari socialiste d'Euskadi (1), Patxi Lòpez. Impresssionnant d'autorité.

 

Antoine Blanca

(1) titre en euskera, langue basque, porté par le président du gouvernement autonome.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens