Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 11:39

Nombre d'observateurs, en Espagne ou ailleurs en Europe et dans le vaste monde, s'interroge sur la signification de l'annonce, par ETA, d'une trêve dans la "lutte armée" et d'un appel au combat par les voies offertes par la démocratie. Pour moi la réponse est claire: la seule organisation terroriste existant encore dans le monde occidental a été démantelée grâce à la détermination du gouvernement de Rodriguez Zapatero et au travail bien coordonné entre les deux parties, police espagnole et police française.

Aujourd'hui la totalité des responsables de la bande criminelle a été arrêtée, les dépôts d'armes ont été neutralisés et le trésor de guerre dont disposait encore l'organisation a été réduit à sa plus simple expression.

Or, sans l'appui politique et matériel d'un ou de plusieurs gouvernements étrangers complices, sans collecte de "l'impôt révolutionnaire" longtemps payé, de gré ou de force, par des chefs d'entreprise et autres riches d'Euskadi, ce qui a été détruit par les forces de la légalité démocratique ne peut se reconstruire dans une clandestinité à ce point précarisée.

Dans ces conditions, le groupe de jeunes désorientés qui a tenté de reprendre le flambeau  etarra, a dû se rendre à l'évidence: le combat a cessé faute de combattants et d'appui logistique.

C'est au fond très simple. En Euskadi les Basques ne vivent plus la peur au ventre. Or la peur était devenue, depuis la fin des années 1970, le fonds de commerce des assassins et de leurs complices.

Bien entendu, le nationalisme sera toujours là. De droite, majoritaire, avec le PNV, de gauche avec le parti abertzale. Mais il n'y a plus de place pour la terreur, faute de vocations criminelles et faute de...terrorisés.


Antoine Blanca

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens