Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 13:29

Certains ont critiqué François Hollande pour être allé en Grèce. Sous couvert de solidarité avec un pays et un peuple en détresse, disent-ils, le Président s'est fait accompagner de ceux que Mélenchon qualifie de 'charognards'. Les chefs d'entreprise français. En quête de bonnes affaires. Dans la société qui est la nôtre, pourtant, le Président a raison. La participation active de dirigeants d'entreprise  aux délégations présidentielles, lors des visites officielles à l'étranger, est consistante avec notre volonté de dynamiser une expansion économique nationale actuellement dans le rouge. En Grèce comme partout ailleurs. La violence des attaques anti-socialistes du co-président du Front de Gauche est celle d'un irresponsable. Il a d'autant plus les mains blanches qu'il n'a pas de mains. Il serait bien incapable de citer un seul pays dans le monde exempt de préoccupations commerciales.

 

Ce qui n'exclut nullement les convictions. Celle de notre gouvernement en faveur d'une politique tournée vers la croissance n'est plus à démontrer. Désormais plusieurs gouvernement conservateurs y adhérent. Y compris celui de la Grèce, dont les citoyens ont de plus en plus de mal à respirer. Et qui se voient contraints de vendre leur pays au plus offrant. Sans leur offrir autre chose que du sang et des larmes. La France de gauche leur tend la main d'une amitié sincère. Et propose une autre Europe.

 

Ceci étant dit, j'ai la certitude intime de l'échec complet de la politique économique et financière imposée par la Commission européenne aux Etats membres. Incapable de vrais gestes de solidarité à l'égard des pays en grave difficulté, ceux du sud, pour l'essentiel, elle vient encore de publier des bilans et d'annoncer des résultats plus que catastrophiques: désespérants. En persistant dans sa politique du 'tout austérité' la Commission condamne des pays et des peuples à l'exclusion, sans la moindre lueur de rédemption.

 

Je ne suis pas le seul à le dire. Dix des plus grands économistes du monde, dont plusieurs Prix Nobel d'économie, sont de cet avis. L'un d'eux est allé jusqu'à dire:"la Commission ne corrige jamais ses erreurs, contrairement au FMI". L'entêtement libéral dogmatique du Président Duraõ Barroso prend des proportions dramatiques.

 

Ce n'est pas de cette Europe de technocrates sans génie et sans âme que nous avions voulu. Malheureusement nous n'avons d'autre choix que de retenir publiquement notre mépris et notre colère. J'ai la conviction que le gouvernement français agira pour contraindre ce groupe de médiocres présomptueux à corriger une dérive qui peut s'avérer mortelle. L'échec évident de leurs recettes devrait, dans un proche avenir, venir à la rescousse de notre démarche.

 

Antoine Blanca

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens