Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 10:05

Ollanta Humala n'est pas encore président du Pérou. Mais il est en tête du premier tour et cela suffit à la bourgeoisie pour sonner l'alarme, aux officines de Washington pour mobiliser, et à la bonne presse du sud-continent pour crier au loup. Et tous d'évoquer "la menace" d'un nouveau Chàvez. La réalité est plus nuancée.

Il suffit de lire le programme du candidat Humala pour s'en convaincre: l'ancien officier émet simplement la prétention de réduire les inégalités sociales, de promouvoir les valeurs héritées de la civilisation Inca, de donner la priorité à l'éducation et à la santé, de protéger le patrimoine national  en matière d'exploitation des mines et de la forêt amazonienne. Bref un réformisme modéré à l'européenne.

Un grand parti démocratique et social, s'il existait encore, n'aurait pas proposé autre chose. Or l'APRA, qui n'a pas présenté de candidat , a virtuellement disparu. Et, selon les sondages, l'aprisme ne réunirait que 5% des intentions des votes aux législatives. Pendant des décennies, quand il n'était pas proscrit, le parti fondé par Haya de la Torre rassemblait un tiers des suffrages et comptait un demi-million d'adhérents. Le  président sortant, Alan Garcia, est d'ailleurs issu de ses rangs et termine un second mandat.

Mais le vide laissé par la mort non annoncée de l'APRA n'a jamais été comblé. Alors la tentation de l'inconnu existe. Cela avait déjà été le cas au début des années 90, quand un petit ingénieur d'origine japonaise, parlant un espagnol primaire et habillé comme un guichetier des postes, écrasa électoralement la personnalité la plus en vue du pays, Mario Vargas Llosa. Sans doute parce qu' Alberto Fujimori ressmblait davantage à un métis péruvien que le prestigieux écrivain, aujourd'hui Prix Nobel, naturalisé espagnol et anobli par le roi Juan Carlos 1er.

Le Péruviens ont déjà connu le pouvoir militaire se réclamant de la Révolution. Le général Velasco métis donc plébéien, a gouverné le pays au nom d'une certaine conception du tiers-mondisme, du non-alignement et du socialisme autoritaire. Pendant six ans. Si Humala est élu... certains diront: " encore un militaire progressiste!". Sauf que, contrairement à Velasco et aux siens, Humala aura affronté le suffrage universel. Mais il semble que les paysans indiens des Andes et les métis des quartiers misérables des villes, ne paraissent pas partager les craintes de la classe dirigeante et gardent un souvenir plus positif de la période "velasquiste".

Nous verrons bien, au terme du 2e tour, quel sera le nouveau président. Mais d'ores et déjà on peut dire que cette élection marque définitivement la marginalisation des hommes politiques et des partis traditionnels.

 

Antoine Blanca


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens