Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 09:53

Je viens de lire le texte de l'entretien que le Premier Ministre François Fillon a accordé au journal Le Monde, et j'ai ressenti un curieux malaise, celui qui vous saisit, par exemple, autour d'une table, quand l'un des participants au débat tente d'expliquer l'inexplicable, bafouille sans conviction des arguments mal échafaudés. Fillon m'est apparu aussi comme un représentant de commerce qui ne croit pas, ou plus, au produit qu'il est chargé de vendre. Mais il lui faut tenir son cahier de charges et il le fait avec une abnégation ennuyée.

Relisons la page correspondante du Monde:

L'urgence de convoquer les électeurs à des référendums? C'est que, depuis que le Sénat a viré à gauche, on ne peut plus légiférer, sans risque pour l'exécutif, par voie parlementaire. Or le changement de majorité sénatoriale est récent. Le pouvoir n'avait-il pas, pendant quatre ans, la possibilité de répondre à ces supposées "urgences législatives"?

Fillon n'aurait pas tenu les mêmes propos que Guéant, affirme-t-il (et nous le croyons), mais il ne tente pas moins de les illustrer, sinon de les justifier comme l'a fait Sarkozy. Le résultat est pitoyable. Tout y passe: le danger du "communautarisme" que Hollande favoriserait. Ah, bon! Où et quand le PS et son candidat l'ont-ils préconisé? La religion musulmane, les droits des femmes, l'intégrisme...Autrefois c'était l'Eglise catholique qui menaçait le libre exercice de nos libertés, concède le pieux Fillon; aujourd'hui c'est l'Islam (de manière cononcturelle, tient-il, prudent, à préciser) qui a pris la relève. Quel raccourci historique audacieux! 

Inutile de revenir sur tous les développaments de l'entretien. Tous sont de la même veine, frappés au sceau de la mauvaise foi, de l'embarras. Un devoir un peu bâclé, parce qu'imposé, qu'il fallait remettre au professeur principal, avant les vacances. Rédigé sous la contrainte de l'autorité supérieure, cela ne fait jamais de la bonne littérature.

Celui qui continue de se dire le disciple de Philippe Seguin (mais qui peut encore le croire), a sans doute beaucoup enduré au cours de ces cinq dernières années. Par calcul, par ambition. Aujourd'hui, il donne le sentiment d'avoir hâte que tout cela soit fini. Il lui faudra bien, pourtant, boire le calice jusqu'à la lie.

Antoine Blanca

PS: Combien avons-nous d'électeurs français, de confession musulmane, qui se sentent visés, humiliés par les campagnes islamophobes de la droite sarkozyste? On peut estimer que leur nombre est suffisamment important pour que les froids calculs des spécialistes en électoralisme le prennent en considération. Si c'est le cas, l'UMP ne cesse de se tirer des balles dans le pied. Car ils sont bien naïfs ceux qui croient au "vote arménien" venant compenser l'hostilité du vote musulman. Essentiellement parce que les descendants des survivants du génocide votent traditionnellement à gauche, et que leur suffrage n'est pas achetable.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens