Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 10:24

En annonçant pendant la dernière campagne qu'il serait 'un président normal', François Hollande mesurait-il la dimension que les médias, français et internationaux, donneraient à cette phrase? Car Dieu sait qu'elle en a fait couler de l'encre et usé des cordes vocales! Elle a été analysée, décortiquée, contestée ou approuvée. Son interprétation a été parfois péjorative ou ironique. La persistance du phénomène surprend. Respecter l'esprit et la lettre de la Constitution ne signifie pas, pour le Chef de l'Etat, manquer de charisme ou de détermination.

Il suffit de regarder la scène européenne où la France et l'Allemagne doivent jouer un rôle prédominant dans la résolution d'une grave crise. François Hollande est demeuré ferme sur les positions françaises, sans se montrer pour autant intransigeant. Mme Merkel, qui abordait le dialogue franco-allemand avec appréhension, voire avec un a priori négatif, respecte désormais son interlocuteur au point d'accepter, de plus en plus souvent, la valeur de son argumentation. Car notre président est un homme redoutable dans le débat, même s'il a le goût de convaincre et déteste tant la gesticulation que le choc des mots, aussi grandiloquents que creux.

L'hebdo Courrier international, qui sélectionne pour ses lecteurs des articles de la grande presse mondiale, titrait hier:"la presse allemande dénonce l'immobilisme français". Outre qu'à lire le fond des 'papiers' des journaux d'Outre-Rhin on a de la peine à retrouver la justification d'un titre aussi négatif, nous ajouterons volontiers que la situation n'est pas si rose chez nos grands voisins. Même sur le plan industriel et sur celui de l'emploi. Et surtout la stabilité de la majorité gouvernementale est mise à mal à Berlin. A la fois par la fragilité de l'allié libéral et par la fronde permanente de la puissante branche bavaroise, la CSU, de la Démocratie chrétienne.

En France, au contraire, le Président et son gouvernement peuvent compter sur une majorité solide. En 1981 'La Force tranquille' de François Mitterrand ne disposait pas de semblables atouts: une confortable base dans les assemblées territoriales et, surtout, une majorité au Sénat.

Ce n'est pas pour autant que nous devons nager dans l'auto-satisfaction. Nous connaissons les difficultés que nous affrontons et celles que nous aurons à affronter dans le proche avenir. L'arrogance n'est pas de mise: elle a même passé le Rhin et s'étale en gros caractères dans Der Spiegel qui se permet d'écrire que "la France est un pays nostalgique et narcissique qui se voudrait du Nord quand son coeur appartient au Sud". J'ai connu le grand journal de Hambourg mieux inspiré. Car il est évident que nous sommes à la fois du Nord et du Sud. Au coeur de l'Europe. Un avantage sur ceux qui émigrent en masse vers les rivages méridionaux en quête de soleil, de chaleur et, disons-le, de mieux vivre.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens