Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 16:26

Une démocratie à l'occidentale fonctionne quand en fin de comptes les citoyens ont à choisir entre une gauche plus ou moins réformiste, et une droite plus ou moins conservatrice. En France les choses ont commencé à déraper en avril 2002, avec l'apparition du FN sur un nouveau  podium. Mais le dérapage a été , depuis, totalement contrôlé. L'extrême-droite n'est entrée ni à l'Assemblée, ni dans les instances communales ou départementales. Sa visibilité demeure nationale et épisodique.

L'alternance devrait continuer à se jouer entre les  forces de droite et celles de la gauche.

La droite est aujourd'hui représentée par l'UMP de Sarkozy.

La gauche par le PS et par ses proches alliés.

Mais la droite comme la gauche souffrent de sérieux handicaps.

A droite l'UMP, en tant qu'organisation, est en train d'agoniser.

Après sa victoire de 2007 Sarkozy, boulimique, avait avalé ce qui restait du centre et de la droite marginale. Il avait ainsi laissé Bayrou tout nu, en dépit de son très bon score personnel à la présidentielle, et effacé de la carte les survivants du vieux gaullisme. Aujourd'hui, c'est le compte à rebours qui commence. Les apparences peuvent avoir été encore sauvegardées avec l'entrée en scène de Juppé (déjà maltraité d'ailleurs dans ses attributions ministérielles), mais la maison UMP fait eau de toute part. A ses réunions de propagande on ne voit plus des "jeunes populaires" chanter et danser avec Nadine Morano, mais des personnes âgées ayant été enfournées dans des autobus, après avoir été recrutées par les élus locaux UMP des environs dans des maisons de retraite. Les nombreuses défections sont encore silencieuses, mais la brisure est réelle entre les partisans d'une droite civilisée et ceux qui ne sont pas éloignés de la manière de penser d'une Marine Le Pen.

La gauche souffre d'autres maux. Le PS pensait avoir commencé à surmonter le drame de 2002 et les divisions du Congrès de Reims. Certes, le calendrier de travail établi afin de préparer les échéances électorales nationales est respecté et il ne se passe pas un mois sans qu'un Convention spécialisée ait lieu. Mais il demeure que le grand Parti de la gauche n'est pas  encore en ordre de marche. Il y a trop d'inconnues pour qu'il en aille autrement, trop de chevaliers masqués allant faire leurs dévotions dans des chapelles particulières. Tandis que beaucoup guettent l'horizon en espérant y voir apparaître le Chevalier blanc.

Et voilà pourquoi, aurait peut-être dit Molière,  notre démocratie est malade. Mais si le mal qui est en train de terrasser l'UMP est, à mon sens, irrémédiable, il n'en va pas de même pour le PS. La totale remise en forme dépend des militants et des sympathisants eux-mêmes. A eux de produire les électro-chocs salutaires. 

 

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens