Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 16:32

Les Gitans d'Espagne ne sont pas au programme de notre Ministère de l'intérieur. Deux raisons à cela: parce qu'ils sont restés en Espagne, et parce que de toute manière, en tant qu'Européens de plein droit, ils jouiraient  de totale liberté de circulation dans un pays de l'Union.

En France on peut les voir surtout sur les meilleures scènes où ils nous éblouissent par leur créativité musicale, leurs danses et leurs chants de vie et de mort. Fandango, cante hondo, zapateado, bulerias. Ils sont associés intimément à l'Andalousie où on trouve leurs premières traces de peuple errant, ayant enfin trouvé leur port, en 1447, quelques décennies avant la reddition du dernier roi maure à Grenade.

Bien entendu l'osmose avec les peuples sédentaires ne s'est jamais complétement réalisée. Le peuple gitan tient à ses traditions, à sa manière de vivre ou de survivre. Les "Hortefeux" et autre " Eric Besson" n'ont pas manqué, tout au long des siècles de l'histoire de l'Espagne, pour les pourchasser, les étiqueter, les parquer. A l'entrée de la ville de Barcelone, au XVIIIe siècle, un panneau indiquait: "entrée interdite aux gitans, aux murciens [habitants de Murcie et de sa région], et autres gens de mauvaise vie". Un exemple entre mille.

Mais en réalité c'est l'Espagne tout entière qui s'est trouvée progressivement envoûtée par ce peuple tout à la fois artiste, poète et rebelle. Un peuple qui a su s'attirer, opportunément, les bonnes grâces de l'Eglise catholique toute puissante dans l'Andalousie reconquise, fusionner avec l'héritage artistique laissé par Maures et Sépharades, ensorceler écrivains et compositeurs. 

Federico Garcia Lorca a été leur chantre moderne avec son "Romancero gitano", son chef-d'oeuvre poétique, et "la monja gitana" (la nonne gitane). Il immortalisait alors le personnage d'Antonio Torres Heredia, et la tribu gitane des Camborios; et montrait, d'un doigt tout à la fois moqueur et accusateur, ,la Garde Civile qui adorait les réprimer. Federico devait payer de sa vie cet esprit joyeusement frondeur de fils prodige de Grenade.

Les Gitans espagnols conquirent aussi un droit de cité et d'indépendance exceptionnels en s'identifiant à l'art de la tauromachie. Ils excellaient tant au bas de l'échelle (peones), qu'en plantant des banderilles ou en tenant la pica juchés sur une vieille carne. Mais ils ont offert aussi, tout au sommet, de grands maestros, des matadors illustres, inoubliables.

Oui, parlons des gitans d'Espagne, le seul peuple tsigane qui fait partie intégrante de l'âme historique, artistique et morale de leur pays. Qui les a adoptés autant qu'ils l'ont eux-mêmes adopté.

 

Antoine Blanca


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens