Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 10:03

La projection du film au festival de Cannes avait donné lieu à des manifestations de nostalgiques de l'Algérie française. Ces derniers n'avaient pas vu cette réalisation et annonçaient d'ailleurs qu'ils ne la verraient pas. "Un film FLN" disaient les mieux informés. "Un film de Bicot, avec trois Ratons comme acteurs principaux!" vous glissaient à l'oreille les moins instruits. En fait une création cinématographique sur fond d'épisodes historiques d'un drame interminable pour tous ceux qui l'ont vécu.

La réalité est que l'Algérie française a toujours vécu hors la loi, en ignorant celles  de la République. Ainsi la majorité Berbère et Arabe s'était-elle vue attribuer, après la guerre mondiale, un statut bâtard de citoyenneté: "français-musulman". Apartheid électoral. Ces citoyens de deuxième zone votaient  séparément au 2e collège et les femmes n'avaient pas le droit de vote comme leur voisine Française de plein droit. Et encore doit-on ajouter que, en dehors des grandes agglomérations, le scrutin était grossièrement truqué. En 1947, dans mon village de Boghari, les forces de l'ordre fermèrent le bureau de vote à l'heure de son ouverture. L'enfant de 10 ans que j'étais se souvient du commissaire de police, PM à la main, déclarant haut et fort, en Arabe puis en Français: "tous les inscrits ont voté". On avait rempli les urnes. La participation des "français-musulmans" avait été d'un exemplaire 100%.

Il en allait de même dans tous les domaines alors que l'Algérie, selon le statut spécial qu'on lui avait attribué, était composé de "trois départements français de plein droit: Alger, Oran et Constantine".

Après le 1er novembre 1954 la violence s'établit partout. Le FLN et l'ALN avaint choisi le maquis, mais aussi la terreur urbaine. Et ils entreprirent d'éliminer physiquement tous les partisans du fondateur moderne du mouvement nationaliste. 4000 messalistes furent assassinés en Algérie et dans la Métropole.


Les manifestants du festival de Cannes s'insurgeaient contre toute comparaison  de la police française avec la Gestapo: mais l'usage de la torture était généralisé dans les casernes, les commissariats et les PC d'opérations, et prit même une forme industrielle pendant ce que l'on appela "la bataille d'Alger".

Nos forces de l'ordre se mettaient ainsi massivement "hors la loi".

Quant aux pieds noirs qui déployaient drapeaux et banderoles devant le palais du festival de Cannes, ils avaient tous été ou activistes, ou sympathisants de l'OAS, organisation d'assassins qui a tué tant de mes amis et de mes camarades.

Hors-la-loi? Les gesticulateurs de Cannes, vengeurs ou pleurnicheurs devaient se reconnaître aussi dans le titre du film.


Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens