Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 10:15

C'est en 1910 que le Partis socialiste ouvrier espagnol (PSOE) obtint ses tout premiers sièges de parlementaire. Il avait pourtant été fondé trente ans plus tôt. C'était un parti presque essentiellement ouvrier, créé par des ouvriers. pour défendre leurs intérêts de classe à partir de leur  QG de la Maison du Peuple. D'ailleurs l'organisation syndicale, UGT, avait été fondée la première. Et pendant longtemps les militants ne faisaient pas de différence entre responsables de l'une ou de l'autre. Pour la bonne raison qu'ils étaient le plus souvent les mêmes. Le PSOE avait pour mission de prolonger la lutte de classe, de la porter dans les salles de Conseils municipal et provincial. Enfin au Parlement. En 1910 l'exercice du pouvoir était un rêve lointain.

Les premiers fiefs se trouvaient naturellement dans les régions les mieux industrialisées (Madrid, chantiers navals de Vizcaya, de Santander et de la côte galicienne, métallurgie dans le nord, mines de charbon dans les Asturies.) Le nouveau parti prospéra aussi rapidement dans le Levant traditionnellement républicain et dans certaines villes importantes de l'Andalousie.

L'UGT fit de gros efforts pour se doter d'une Fédération paysanne. Mais sur ce terrain elle se heurta à la puissante confédération anarcho-syndicaliste, la CNT, qui s'imposa aussi dans Barcelone et sa banlieue. Autour de la CNT les plus déterminés des anarchistes s'étaient regroupés dans la Fédération anarchiste ibérique (FAI). Qui pratiquait parfois l'attentat terroriste.

                                                                         ************************

Pour marquer ce centenaire une grande réunion de socialistes vient de se tenir dans le grand salon international des Cortes, le Parlement espagnol. Un immense portrait du fondateur commun au PSOE et à l'UGT constituait le seul décor. Pablo Iglesias, originaire de Galice, ouvrier du Livre, est considéré comme l'Apôtre de la classe ouvrière d'Espagne.

En ce temps de crise économique et sociale aigüe, et alors qu'un gouvernement socialiste doit gérer cette grave situation, des divisions étaient à craindre. Cela n'a pas été le cas: l'appui à José Luis Rodriguez Zapatero a été pratiquement unanime. Et spectaculaire quand l'ancien, Felipe Gonzalez, a dit sa volonté d'être plus que jamais dans le combat aux côtés de ses camarades.

Naturellement les temps ne sont plus à l'unité d'action entre parti de classe et syndicat. L'UGT ne veut plus (et ce depuis un bon quart de siècle),être une simple courroie de transmission du pouvoir.

 

Nous ne sommes de toute évidence plus en 1910.

Qui pouvait songer alors, même en rêve, voir un représentant du monde du travail à la tête du gouvernement. Et pourtant...Il demeure que ce n'est pas toujours facile à vivre. Il est des promotions douloureuses.

 

Antoine Blanca

 

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens