Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 09:51

Lorsque le jeune colonel libyen Mouammar Kadhafi est apparu, en 1969 sur la scène internationale, on s'est beacoup interrogé, à gauche comme à droite. De quelle planète venait-il? Personne ne l'avait, jusque là, rencontré avec des préoccupations politiques. Un officier renversant un prince d'un autre temps, quelques interpellations de caractère tiers-mondiste ou populiste, un appel à l'union des Arabes, derrière sa propre bannière verte (couleur symbolique de l'Islam et du kadafisme confondus)...tout donnait à penser qu'un nouveau Nasser venait de naître. Sauf que la Libye était démographiquement un petit pays à l'écart de l'évolution du monde depuis la fin de la guerre.

 

Mais immensément riche en gaz et en pétrole.

 

Et c'est ce qui intéressa tout de suite le reste de la planète. Qui était donc ce jeune officier arabe désormais à la tête d'un magot presqu'inépuisable; le thème soumis à l'étude était passionnant pour les universitaires. Et, d'un autre côté,  marchands  d'armes, d'usines clé-en-main, entreprises de BTP vinrent offrir au nouveau maître de Tripoli, avec empressemment et déférence, leurs services intéressés. Quant aux Etats de la communauté internationale des nations, ils s'interrogeaient sans trouver de réponse.

 

Curieusement la même interrogation persiste alors que le kadhafisme est cliniquement mort. Le pseudo Guide de la révolution va emporter son secret dans la tempête de sable de sa fin  du monde.

En apparence, il ya eu plusieurs époques au cours de l'ère Kadhafi:

 

-- Celle de la découverte de l'univers politique, économique et religieux dans lequel il allait vivre. De cette première expérience de gouvernement, il retint surtout une certitude: les revenus monstrueux provenant du pétrole et du gaz   valaient moralité, puissance et honorabilité.

 

-- Il dépassa bientôt diaboliquement cette phase de relative intégration à la communauté internationale et à ses règles communes. Tout naturellement les grands espaces voisins stimulèrent une forme d'impérialisme mal dissimulée par une phraséologie tiers-mondiste. Il jugea que le vaste Tchad était à sa portée, qu'Hissène Habré pouvait passer du stade de kidnappeur de scientifiques françaises, à celui de chef de guerre. A Kadhafi de fournir les hommes et les armes d'une armée de mercenaires. Cela finit mal entre les deux hommes, Hissène Habré n'étant pas la marionnette que le Libyen imaginait.

 

-- Vint ensuite la phase terroriste. Terrorisme industriel à la mesure d'un grand pays pétrolier. Là aussi cela finit mal. Démasqué, il fut soumis à des repésailles et à des sanctions après l'attentat aérien de Lockerbie. Kadhafi dut demander pardon, payer une lourde amende et promettre de ne plus recommencer.

  

Le "guide" éait entré dans sa période de décadence.

La suite nous sommes en train de la vivre.

 

En France et en Europe les hommes politiques ont tenu Kadhafi comme des scientifiques tiennent une éprouvette contenant une espèce inconnue. La droite a agi selon ce qu'elle croyait être les intérêts du monde des affaires. Sarkozy est un exemple concret de  cette ambivalence, par un étalage de servilité qui a beaucoup amusé le Libyen...

Quant à notre gauche, jamais elle n'est tombée dans de telles équivoques. Jamais elle n'a manifesté depuis 1969 la moindre ambigüité à l'égard d'un tyran dont elle condamnait discours et méthode. Au pouvoir, la  gauche française a simplement entretenu avec Tripoli  les relations politiques et commerciales jugées normales dans le cadre accepté par l'ONU.

  

Antoine Blanca

 

NB: des personnalités françaises  diverses, ne se réclamant d'aucune idéologie, se sont laissées séduire par le discours intime de Kadhafi. La plus surprenante aura été Guy Georgy, Ambassadeur de France aujourd'hui décédé. Il a écrit un livre, qui n'a eu aucun succès en librairie, à la gloire de Kadhafi et du Kadhafisme. Pour quelles raisons? Je préfère ne pas tenter de les connaître.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens