Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 17:41

Contre le gouvernement socialiste de M. Zapatero le parti unique de la droite, le Parti Populaire, n'avait pas de mots assez durs pour dénoncer son supposé manque d'efficacité, voire son incompétence. Pourtant, quand vint le moment du renouvellement des Cortés (leur Assemblée Nationale), l'opposition d'alors, dirigée par Mariano Rajoy ne présenta aucun programme cohérent et chiffré.

Certes, ses représentants firent des promesses générales:

Ils ne garantiraient pas les déficits des banques avec de l'argent public; ils n'augmenteraient pas l'impôt sur le revenu; ils ne faciliteraient pas les licenciements; ils ne diminueraint pas les budgets sociaux (santé, éducation etc...); ils n'augmenteraient pas la TVA; ils ne réduiraient pas les traitements dans la fonction publique, les pensions des retraités, les allocations aux familles.

Sur la totalité de ces points, ils ont failli. Après cinq mois de pouvoir conservateur, la preuve en est faite. Mais faute de programme électoral, le nouveau pouvoir peut aujourd'hui jurer qu'il ne s'était engagé sur rien de précis. On tente de dissimuler, mais personne n'est convaincu par la manipulation. Surtout quand on apprend que cent milliards vont être apportés pour sauver les deux plus grandes banques, assurant les citoyens, la main sur le coeur, que cet énorme accroissement de la dette publique ne coûtera rien au contribuable.

On peut, bien entendu s'interroger: pourquoi les électeurs ont accordé leur confiance aux amis de M.Rajoy, lui ont même signé un chèque en blanc. Besoin de changer? Besoin de croire dans les recettes ultra-libérales en pensant que le réformisme social avait échoué? Ils affirmaient, il est vrai, avoir les recettes pour améliorer la situation de l'économie et faire baisser le chômage. Mais dans le même temps ils avaient dirigé en maîtres 13 régions autonomes sur 17 (la droite nationaliste catalane est par ailleurs aussi au pouvoir avec une dette record par tête d'habitant) avec des résultats désastreux que dénonce avec force, désormais, la Commission de Bruxelles.
On connaissait donc l'incapacité de ces gens à gouverner de manière responsable et honnête. Aujourd'hui les Espagnols, victimes des banques et de la grande finance vivent un cauchemar.

Il n'empêche que M.Rajoy persiste dans sa négation de la réalité. Affirmant même n'avoir appelé personne à l'aide! Chef désormais de l'opposition socialiste M. Rubalcaba a fait le choix de la critique constructive, de la contre-proposition sur tous les thèmes en débat. Mais il du mal à masquer son désarroi devant l'aplomb dans le mensonge de la nouvelle direction du pays.

Antoine Blanca

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens