Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 17:08

Je viens de lire un extrait d'une tribune publiée sous la signature de Monsieur Lefebvre, l'un des aboyeurs officiels de l'UMP. "Résignez-vous à cette réalité: les Français ont le coeur à droite...", écrit-il en substance.

L'homme est de ceux qui s'efforcent de lire sur les lèvres de Sarkozy. C'est  d'une certaine manière sa lecture évangélique. Le doute n'est désormais pas permis: l'Elysée veut continuer d'expulser des Roms, de ricaner devant les protestataires de France et de Navarre, pour la bonne et simple raison qu'il s'agit (calcule-t-on) d'un bon choix électoral. Il faut aller vers le coeur de l'électeur, là où il se trouve. En fin de comptes c'est cela l'important. Evidemment dans le choix final de nos compatriotes en 2012 d'autres facteurs de leur vie quotidienne péseront, seront en tout cas pondérés. Mais le pari sur l'égoïsme, la xénophobie et la peur domineront le "coeur à droite" de l'électorat, espère-t-on rue du Faubourg Saint Honoré.

"Monseigneur" Lefebvre l'a dit. Pire, il l'a écrit.

Naurellement tout cela fait partie d'une campagne orchestrée par l'équipe élyséenne. Plusieurs commentateurs de radio et de télé s'en font l'écho depuis quelques jours. "Sarkozy tiendra bon sur sa ligne réactionnaire et xénophobe parce qu'il joue la gagne". M. Aphatie désormais d'une agressivité inédite dès qu'il a un socialiste sous la main, parie aussi sur l'affaiblissement de l'électorat FN du fait, notamment, du départ du père Jean-Marie de sa présidence.

Pour tout ce monde la générosité en politique n'est pas payante. Il faut donc la bannir si on veut emporter la mise...

L'histoire, heureusement, ne s'est pas toujours accordée avec de tels calculs d'épicerie. Revenons plutôt aux expulsions à grand spectacle d'étrangers et au surcroît de prestige que ces pratiques nous apporte.
Qu'on me permette ici de rapporter un souvenir personnel: enfant, dans le village où mon père avait été lui-même interné avec 4000 autres réfugiés politiques espagnols, en 39, dans le sud algérien, je vis (ce devait être à l'été 1943) des prisonniers  de guerre allemands défiler dans la rue, sous la garde de soldats. On les conduisait à la scierie proche de la gare où ils étaient contraints de traveiller. Avec de petits camarades je les insultai en leur lançant des pierres. Le soir mon père, à qui on avait rapporté mes hauts faits, me tança durement: c'étaient des gens dans le malheur, me dit-il, comme lui même l'avait été quatre ans plus tôt quand on l'avait dirigé vers les même camp où se trouvaient enfermés désormais les prisonniers ennemis. Les regards des autochtones, Arabes ou Européens, étaient alors généralement hostiles. Pourquoi, pensaient-ils, leur envoyer ces étrangers dont on disait qu'ils avaient brûlé des églises et violé des nonnes. Que ne les avait-on envoyé dans le village voisin!"

Je me dis aujourd'hui que j'avais eu vis-à-vis de ces vaincus, le comportement  de ceux qui ont le coeur à droite et que seul un effort de réflexion, un appel à la raison, m'avaient fait rejoindre la pensée de mon père.

Celle de l'humanisme et de la solidarité.

Il est vrai que l'on ne gagne pas forcement des élections avec ce type de sentiments. Hitler l'avait bien emporté dans les urnes en 1933. Mais ce n'est pas un motif pour suivre les cheminements du coeur mal placé d'un Frédéric Lefebvre ou de celui qui l'inspire.

 

Antoine Blanca

NB: les alliés avaient débarqué en novembre 42 en Afrique du Nord; les prisonniers allemands devaient provenir des fronts de Tunisie, de Lybie et  d'Egypte.


 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens