Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 09:38

On peut se demander s'il pourrait exister , en matière d'audiovisuel, quelque chose de plus ennuyeux qu'un débat, au Brésil, entre les deux candidats  restés en lice pour le 2e tour de l'élection présidentielle. A nos yeux les Etats-Unis  étaient imbattables dans ce domaine.

Comme là-bas, l'un et l'autre candidat se tient figé derrière un pupitre; quelques mètres les séparent. Les thèmes à traiter sont convenus à l'avance. Ils sont traités l'un après l'autre. Chacun dispose du même temps pour ânonner son programme. Comme un bon élève "parcoeuriste"récite sa leçon.

Les télé-spectateurs, dans les cafés, les favelas ou les appartements branchés des grandes villes ne tardent pas à bâiller, en mettant ou non  leur main devant leur, bouche, avant que quelqu'un ne commence à parler foot pour tenter de secouer l'endormissement ambiant.

Bref, ce n'est pas l'ambiance "carnaval", ni même celle d'un match Corentinhos/Flaminense!

Reconnaissons toutefois que le candidat du PSDB, devenu celui d'union  des conservatismes, économiques et religieux, face à Dilma et au PT, a fait le nécessaire pour ouvrir un nouveau front: celui de la "sécurité"bien entendu. Et au Brésil cela représente quelque chose: 17 millions d'armes (de poing dans la majorité des cas) détenues par des particuliers, du petit au gros malfaiteur, de l'épicier d'un quartier sensible, à l'agent mercenaire veillant sur l'intégrité physique d'un ponte de la finance. José Serra, qui a été gouverneur de l'Etat de Saõ Paulo, affirme avoir réduit de 60 % le nombre de délits commis sur son territoire. Depuis la presse, acquise par avance à la droite, martelle en cadence le thème de la sécurité.

Les Français serons le derniers surpris par ce type d'offensive.

Ce que l'opposition anti-Lula se garde bien de rappeler est que, pour une part prépondérante, dans un république fédérative comme le Brésil, l'autorité de police se trouve entre les mains du gouvernement de chacun des 26 Etats (et du 27e, le district de Brasilia) ou de celles  des municipalités. Le pouvoir central ne dispose que de la police fédérale, un peu comme aux Etats-Unis avec son FBI.

Et, pendant les huit années de gouvernement Lula, presque tout le monde s'accorde à reconnaître que les "fédéraux" ont fait du bon travail.

 

Antoine Blanca


NB-- En 2003, au moment de l'installation de Lula pour un premier mandat, les mêmes statisticiens avaient dénombré 15 millions d'armes. Depuis l'augmentation du nombre d'armes détenues par des particuliers  correspond à celle de la population.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens