Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 16:27
Quand, pendant près de deux ans, les experts du monde entier travaillent à la préparation d'un projet ambitieux, -- portant sur le moyen et sur le long terme, concernant un thème aussi délicat pour l'avenir de la planète que l'inéluctable réchauffement climatique et ses conséquences,  -- sans parvenir à autre chose qu'à des ébauches de texte, une conférence internationale de haut niveau est par avance condamnée à l'échec.
Il ne reste plus alors qu'une solution diplomatique et médiatique: trouver la meilleure formule pour camoufler le fiasco.
Ce modeste blog l'avait annoncé, sur la base d'informations à la portée de toute personne intéressée par la question, dès le 10 octobre. On aurait pu, alors, économiser beaucoup de temps, d'argent et de CO2 en analysant avec réalisme la situation au cours d'une assemblée générale extraordinaire des Nations Unies, dont tous les participants de "Copenhague" sont membres, et en reportant le sommet à une date ultérieure.
Ce que je savais, Sarkozy le savait aussi. Ses déplacements à Manaùs (Brésil), Trinidad et autres réunions préparatoires (où sa présence a été d'ailleurs snobée par ses collègues des régions intéressées), ne visaient qu'à se donner des alibis ("j'ai tout fait, pour ma part"...), et à faire porter le chapeau aux géants de la planète. Obama en tête.
Le premier ne s'était vu donnner par son Congrès qu'une marge très limitée d'initiative.
Les autres, Chine et Inde pour l'essentiel, ne veulent pas renoncer à la vigueur de leur industrialisation. A leur période de rattrapage accéléré.
Il ne restait plus qu'à présenter les choses, à l'issue de ce sommet inutile, de telle manière que l'opinion publique des pays occidentaux ne soit pas conduite à réagir trop négativement. Et que les Africains ne s'estiment pas, une fois encore, floués par les puissants.
Dont acte. Les résultats à atteindre étant lointains (2020, 2050), les conférenciers avaient les moyens de se donner de l'air (si l'on ose dire).
Notre Président avait convoqué Denizot à l'Elysée, avant de partir, pour lui dire, grosso modo:
L'Europe est le moteur de la lutte pour l'environnement et moi, Sarkozy, suis l'âme de l'Europe (parfois assisté de ce "socialiste" de Brown). Obama, contrairement à moi, n'a pas les mains libres, le pauvre. Quant à la Chine et l'Inde, ce sont des pays vraiment difficiles à remuer...alors que moi...
Malheureusement, en dehors des journalistes français à la botte, chacun a remarqué aue l'ancien maire de Neuilly était tenu pour quantité négligeable par les vrais Grands de Copenhague.
Le monde est vraiment injuste avec les vrais génies.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens