Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 09:24

En l'an 2000 le Mexique rompit avec le parti qui l'avait dominé depuis 1929. Cet événement, considérable pour le pays aztèque, était devenu inévitable. Le système PRI (parti révolutionnaire institutionnel) était à bout de souffle. Il s'était usé lui-même de l'intérieur, incapable de renouveler ses hommes et ses habitudes. Le pouvoir faisait eau de tous côtés. Son candidat à la présidence ayant  été assasiné, on le remplaça à la hâte par une personnalité que les électeurs, même s'ils lui donnèrent encore mécaniquement leurs voix, jugèrent falotte et embourgeoisée.

La décadence s'accéléra quand le PRI perdit son équilibre. Une force de gauche sortie de ses rangs, se voulant héritière spirituelle du Président des années trente, Làzaro Càrdenas, se mit à gagner du terrain dans la capitale et dans certains Etats de la Fédération. A droite, le PAN (parti d'action nationale) faisait plus que montrer le bout de son nez. Il ne voulait plus continuer à jouer le rôle de faire-valoir démocratique dans un système dont les portes du pouvoir lui étaient fermées. Ce dernier finit par gagner, sans gloire, en 2000, profitant de la pagaille qui régnait chez ses deux principaux concurrents...et par remettre le couvert six ans plus tard avec Felipe Calderòn, le président actuel.

Seul le parti de gauche (parti révolutionnaire démocratique) n'a jamais gagné au niveau national (fédéral). Et ce n'est pas près d'arriver, après la pantalonnade du candidat PRD, Manuel Lòpez Obrador, qui refusa de reconnaître la victoire du candidat de droite en 2006.

Mais à partir du premier dimanche de 2012 le PRI va rétablir son hégémonie. Ses représentants ont encore gagné haut la main, le 26 juin, trois gouvernorats, dont celui du plus important Etat, celui dela capitale (obtenant 65% des voix).

Il est désormais certain que Enrique Petra Nieto, leader "priiste" sera le prochain Président.

Une sorte de retour à la normalité politique.

 

Antoine Blanca


NB: Depuis 1929, sans exception aucune, une nouvelle personnalité s'installe pour six ans dans le Palais présidentiel. L'élection se fait à la majorité simple avec un seul tour de scrutin. Le PRI a d'ores et déjà la majorité parlementaire qu'il consolidera encore l'année prochaine. La France a longtemps occupé une place privilégiée dans les relations politiques et économiques avec le Mexique. L'histoire se souvient des grands discours prononcés dans la capitale de ce pays par le général De Gaulle et par François Mitterrand. Mais Sarkozy a mis fin à tout cela en supprimant l'année culturelle du Mexique en France par pur caprice.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens