Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 23:45

Officiellement le mot d'ordre au PS est: rien n'est gagné! Restons plus que jamais mobilisés pour le scrutin décisif. Cette préoccupation est légitime. Mais le petit correspondant de guerre que je suis peut le dire à son petit groupe de lecteurs: non seulement la gauche l'a emporté d'ores et déjà, mais encore le PS disposera-t-il, à lui tout seul, de la majorité absolue. Les projections ne peuvent à ce point se tromper qui lui donnent 283 sièges en fourchette basse et 315 au maximum. La réalité sera, au soir du 17 juin, autour de 300 députés entre socialistes et proches alliés.

Je sais que certains de mes amis le regretteront, ceux qui estiment qu'il ne faut pas donner trop de liberté à un seul parti. Je crois au contraire que, connaissant les difficultés qui nous attendent et les adversaires que nous devrons affronter (en France, en Europe, à la City de Londres, à Wall Street...), il est vital pour le nouvel exécutif de ne pas avoir à batailler aussi dans ses propres rangs.

Nous sommes bien conscients aussi de la bonne survie de la droite dite parlementaire. C'est une catégorie qui, dans le passé, n'a jamais été mise totalement en déroute. Battue plusieurs fois, mais jamais éreintée comme le furent les partis de gauche à plusieurs reprises depuis 1958 (année où, avec 18% des voix, le PCF n'obtint que 10 sièges et le PS-SFIO, avec 15,5%, que 41, tandis que les divers partis de droite se régalaient avec près de 500!). La droite et le centre, unifiés ou pas, n'ont jamais été plongés dans un tel abîme. C'est structurel, presque institutionnel.

Alors dimanche prochain ces dignes personnages pourront redire qu'ils ont "sauvé la face". 240 députés pour l'UMP et ses alliés, c'est convenable. On pourra tout de même rappeler que certains ont eu vraiment chaud. Et souligner, à titre de symbole, la "fuite de Sarthe" de l'ex-Premier Ministre François Fillon. On sait aujourd'hui que ce qu'il fuyait, c'est une humiliante défaite dans sa circonscription de Sablé où le nouveau ministre de l'agriculture a mis la droite en pièces. L'ancien occupant de Matignon avait fait procéder à un savant redécoupage, ce grand homme pieux, et préparé son atterrissage sur une piste bien balisée: 5e, 6e, 7e arrondissements, bien ciselés pour n'inclure que les parties les plus sûres. Et malgré cela, il a été mis en ballotage....

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens