Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 17:43

A l'automne 2012 les Mexicains éliront un nouveau président. Personne ne regrettera le sortant, Felipe Calderon (non rééligible de tout manière) tant son mandat aura été marqué par sa médiocrité. Le Chef de l'Etat étant doté de larges pouvoirs il aura été d'autant plus nuisible. Il est, de l'avis de tous les observateurs avisés, le principal responsable du chaos qui secoue certains Etats de la nation aztèque.

La presse internationale s'en donne à coeur joie: le Mexique serait en guerre. Une guerre civile opposant les milices des cartels de la drogue aux forces de sécurité de ce pays de 120 millions d'habitants, premier pays de langue espagnole. Les journalistes mexicains, du moins les plus sérieux, sont beaucoup plus nuancés. Et ils se refusent à participer à ce type de simplification sensationnaliste.
Car il y a un autre Mexique: celui de la création littéraire souvent géniale, d'une université de qualité, d'une infrastructure touristique prospère et riche de toutes les cultures qui se sont mêlées à travers les siècles.

Si guerre il y a, c'est que le pouvoir a fait systématiquement les mauvais choix. En faisant notamment appel aux forces armées pour aider, voire supléer une police défaillante, minée par une corruption chronique. Le Mexique, depuis la stabilisation de sa Révolution en 1929, avait voulu une armée réduite en nombre, discrète dans ses activités, et éloignée de toute préoccupation politique. Calderon a changé tout cela. Et, comme les militaires ne sont pas formés pour faire la police, ils ont multiplié les erreurs et les victimes collatérales. Le Président leur avait donné carte blanche.

L'écrivain et diplomate Carlos Salinas  recommande de traiter la consommation de drogues comme un problème de santé publique, de pratiquer une politique systématique de prévention et de punir le crime organisé tout en menant, parallèlement, une politique de décriminalisation...Reste le problème de la demande provenant des Etats-Unis qui imposera le renforcement d'une police des frontières bien formée et bien équipée.

De toute façon l'actuelle administration a échoué piteusement. Les amis du Mexique souhaitons que le prochain gouvernement, certainement présidé par le talentueux maire de la capitale fédérale et son parti, le PRI (71 ans d'expérience gouvernementale, 1929-2000) sauront assainir la situation en redonnant force et vigueur à leur pays.


Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens