Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 10:59

Nous sommes en droit de penser que la reconquête du nord du Mali sera bientôt réalisée. Gao est désormais sous contrôle et Tombouctou est une ville ouverte, ayant été évacuée par les bandes armées.

La question qui va rapidement se poser concerne le plus long terme : comment assurer aux pays du Sahel, cibles potentielles des groupes d'inspiration 'al qaïdiste', une paix durable dans leur désert ?

La première réponse relève du domaine économique et social. Le délabrement actuel des institutions dans chaque Etat (sécurité, enseignement, santé, centres sportifs...) entraîne l'instabilité et compromet toute perspective d'avenir.

L'Europe doit s'impliquer complètement dans un plan régional, soutenu par l'ONU et ses agences spécialisées. La misère, le désoeuvrement et le désespoir sont les meilleurs agents recruteurs de l'extrémisme.

Cet extrémisme menace directement les Européens. Il menace aussi tous les pays frontaliers du Mali. Ces derniers ne doivent pas se tromper : nul n'est à l'abri. Se dire, comme on a pu l'entendre, que tant que les terroristes sont ailleurs, ils ne s'occupent pas d'eux-mêmes est une erreur fatale. Tout oasis ou petite ville conquise est considérée comme une base pour des opérations criminelles chez les voisins. En la matière, les attitudes égoïstes traduisent l'imprévoyance et la lâcheté.

La seconde réponse concerne les différents groupes de touaregs. Ces habitants historiques des régions menacées viennent de faire une expérience douloureuse : s'allier avec les extrémistes mène au désastre. Il convient à présent d'établir avec ces populations aujourd'hui sédentarisées, un dialogue permanent et constructif. Faute de cela rien de solide ne sera bâti dans le Sahel.

Pour la France, l'opération de police sera terminée dans quelques semaines. L'idéal serait qu'une force de la CEDEAO, assure la relève sur le terrain. Les Etats concernés nous diront ensuite ce qu'ils espèrent de nous en matière de formation militaire et de coopération dans d'autres domaines.

Quant à l'Algérie, pays dont le concours est indispensable à toute politique régionale de sécurité*, elle aura bientôt tiré de précieuses leçons du drame d'In Amenas. Et il est possible, que certaines méfiances ayant été levées, une relation d'un nouveau type s'établisse avec la France.

 

Antoine Blanca

* L'Algérie est évidemment concernée par toute politique touchant les Touaregs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens