Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 15:52

Quand dimanche dernier un groupe de pistoleros fit irruption devant le bâtiment principal d'une finca, et massacrèrent 27 ouvriers agricoles qui attendaient de percevoir leur paye hebdomadaire, on ne tarda pas à comprendre qu'il ne s'agissait pas d'un simple retour aux us et coutumes de passé. Car cette fois les hommes de main n'étaient pas à la solde des gros propriétaires, mais à celle des narcos.

La configuration plate de la province du Petén,  au nord du Guatemala, est la seule de ce pays montagneux ou accidenté à pouvoir être utilisée par les petits avions des trafiquants qui y ont aménagé des terrains d'aterrissage primitifs. Et ils terrorisent la population locale pour la contraindre au silence. Le massacre du 15 mai n'a pas d'autre explication. Le nouveau grand banditisme a jeté son dévolu sur la région.

Certains me diront: latifundistes, militaires ou narcos, quelle est la différence, puisque les victimes sont toujours les mêmes. Des paysans indiens descendant du peuple maya. Mais la différence est colossale. Aujourd'hui les autorités et l'Armée ne sont pas complices. Le président de la République, Alvaro Colom, s'est rendu sur les lieux du crime, a décrété l'état de siège et a déployé d'importants contingents militaires pour ratisser le terrain et poursuivre les assassins et leurs donneurs d'ordre. En fait, c'est la fin de l'impunité qu'il a décrété dans un pays où la vie ne valait pas grande chose et celle d'un peon indien, rien du tout.

Ce dimanche sanglant est le premier depuis que la démocratie s'est consolidée il y a quinze ans. Le Président a compris qu'il fallait marquer le coup ostensiblement pour empêcher le retour au régime de la mort institutionnalisée.

 

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens