Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 16:47

J'ai rencontré Mauroy à Saint Martory, Haute-Garonne, à l'occasion d'un congrès départemental des Jeunesses Socialistes dont il était l'invité d'honneur. C'était en mars 1955. Nous ne nous sommes jamais quittés depuis. Je l'ai suivi tant aux JS qu'au Parti, passant tout mon temps libre et une partie de mon temps de sommeil à militer à ses côtés. Quand j'ai pu obtenir un détachement de l'Education Nationale, je l'ai rejoint à la Fédération Nationale Léo Lagrange fondée en 1953. A son initiative.

Guy Mollet, le patron du Parti, avait le sentiment qu'on lui avait forcé la main. Créer une organisation formellement indépendante de la discipline partisane, liée à l'Etat par des obligations contractuelles, tenue au devoir de réserve et davantage consacrée à l'animation et à la formation de cadres de l'éducation permanente qu'à la préparation d'une réunion de section tenait un peu du sacrilège. Pierre Mauroy résista à toutes les pressions. Sans affrontement public, mais avec la persévérance propre à un colosse venu des forêts du Nord où ses aïeux étaient bûcherons ou forgerons.

Il imposa sa raison: celle de faire sortir le peuple socialiste des étroites limites du débat doctrinaire ou politicien. La Fédération devint l'une des très grandes associations reconnues d'utilité publique. A l'avant-garde de tout un mouvement de rénovation où même les frontières infranchissables laïc/confessionnel pouvaient être franchies pour pouvoir avancer des solutions consensuelles concrètes.

Aux yeux des gérontes de la SFIO il devint un personnage à la fois respectable et dangereux par son esprit d'ouverture sur le monde. Il faisait certes partie de la "maison", aucune indiscipline caractérisée ne pouvait lui être reprochée. Mais il voulait dialoguer, ouvrir, moderniser, combattre une sclérose qui rouillait l'appareil. En 1963 le modernisateur était le dauphin naturel imposé par une large base composée de militants et de sympathisants. Dauphin que le cercle dirigeant n'avait pas désigné. Mais qui était devenu incontournable. La FGDS et le Parti d'Epinay sont, en bonne partie, le résultat de la rencontre de Mitterrand et de Mauroy.

Il est plaisant de constater que, pour beaucoup, les années passant, victoires et défaites électorales se succédant, le Modernisateur était devenu le symbole de ce que la presse appela "l'Eléphant socialiste". Peut-être à cause de son physique large et puissant. Mais avant tout, synonime de lourdeur.

Pierre Mauroy a quitté ce monde vendredi 7 juin à 9 heures du matin. Tard dans l'après-midi, quand Florelle et moi pûmes enfin rester seuls devant son corps drapé de tricolore, je me souvenais de bien de choses. Mais, allez savoir pourquoi, de ce qu'il m'avait dit de l'animal qu'il était censé incarner: "Vois-tu, Antoine, on se trompe(!) toujours en caractérisant ce pachiderme par son volume, sa pesanteur, la mesure de son mouvement. Alors qu'au contraire, ce qui assure sa survie dans la brousse, c'est sa rapidité étonnante, son intelligence qui lui permet d'apprécier un danger et juger d'une situation en fonction du terrain. Intelligent et foudroyant. Ses potentiels prédateurs le savent bien..."

 

Antoine Blanca

NB: J'ai vu Pierre, pour la dernière fois en vie, le 2 avril dans son bureau du 12 cité Malesherbes. Sa femme Gilberte l'accompagnait.  Florelle était à mes côtés. Ils avaient été, l'un et l'autre, témoins à notre mariage. Pierre attendait le moment de rejoindre péniblement ses invités dans la grande salle du rez-de-chaussée. Il animait la conversation avec brio. Mais on pressentait aussi son immense fatigue. Et peut-être le besoin de dire au-revoir définitivement à ceux qui l'attendaient.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens