Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 10:49

"Travailleurs du monde entier, unissez vous!", tel était le cri de ralliement des fondateurs de l'internationalisme. La gauche peut, à bon droit, revendiquer cet héritage, même s'il a connu des fortunes diverses. Surtout après que la SFIO en France, le SPD en Allemagne furent incapables d'arrêter la marche vers la plus horrible des boucheries. Notre Jaurès, "tombé au devant des armées", demeurera pour toujours le symbole sacrificiel d'une quête désespérée de paix. La Grande Guerre fut l'échec le plus douloureux de l'idéal de fraternité entre les peuples.

A gauche l'internationalisme est naturel, originel. Il est actuellement en panne d'initiative et surtout de grandeur. Peut-être parce qu'il avait, électoralement, grandi trop vite. Mais les structures existent, qui ne demandent qu'à être réactivées, et les coeurs militants à travers le monde ont gardé leur mémoire. On regrettera qu'elle ne retrouve sa plénitude que dans les temps de malheur, quand un peuple est frappé par la dictature et les persécutions. Grèce, Chili, Espagne, Portugal, Cône Sud de l'Amérique...Mais nous sommes en droit aussi d'attendre beaucoup d'un Parti socialiste européen qui ne vit, pour le moment, que par l'action de son groupe parlementaire. C'est un début, mais il s'avère bien insuffisant.

L'internationalisme à droite, lui, n'est pas fondé à exister. Il est même contre nature, uniquement destiné à défendre des intérêts inavouables et forcément, à un moment ou à un autre, contradictoires. C'est le cas pour les amours tardifs entre Angela et Nicolas. La première a été rendue furieuse par le projet de François Hollande de renégocier le Traité franco-allemand, lequel s'est révélé avec le temps, par trop favorable à son pays. Le second est soudain persuadé que seul l'appui public de la Chancelière est susceptible de le faire sortir de l'impasse électorale dans laquelle il s'est enfermé.

Chez les conservateurs l'idéologie ne s'élève jamais au-dessus de la mesquinerie quotidienne. Elle touche le porte-feuille, jamais le coeur. La présence de Mme Merkel dans un meeting sarkozien équivaudra à celle des pompiers de service. Dans un meeting socialiste, au contraire, celle de leaders  de partis frères serait reçue avec la ferveur due à une très ancienne tradition ouvrière.

Le bon côté immédiat des choses est que la participation de la droite allemande à la politique intérieure française sera sans aucun doute mal reçue par l'opinion. A trop s'agiter pour sortir du trou on risque fort de s'y enfoncer davantage. On le lui souhaite, en tout cas...

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens