Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 16:36

Je n'ai heureusement jamais assisté à une exécution capitale, mais le récit de cette tragédie, ou même son annonce, me plonge dans un état de tristesse profonde, me donne un sentiment d'impuissance proche de la détresse. Pourquoi? Peut-être parce que ma famille et ses compagnons d'exil, tous réfugiés politiques espagnols, parlaient devant moi, quand j'étais enfant, de camarades ou de parents républicains qui venaient d'être passés  par les armes ou qui allaient l'être. Après la Victoire de 1945 les "Actualités Gaumont" diffusaient à profusion des images saisies dans les archives nazies montrant des pelotons d'exécution et les suppliciés. Dans une autre circonstance je revois encore avec précision la mort de Pierre Laval. Je savais qu'il n'était pas des nôtres, mais mon émotion fut grande, néanmoins, J'étais allé voir "le dernier des fédérés", film de cow-boys,  au Bijou Ciné du village, et on me servait des images de guerre en première partie...

A peine adolescent deux mises à mort me frappèrent particulièrement. Celle de William Mac Gee d'abord, un noir d'Atlanta, grillé sur la chaise électrique parce qu'une dame blanche avait buté sur lui au détour d'une rue, la nuit. Elle eut honte d'avoir hurlé sans raison. On condamna le black pour tentative de viol. Deux ans après l'exécution de son "agresseur" elle reconnut son mensonge, convaincue de le faire par son pasteur. L'autre eut pour cadre le pénitencier californien de San Quentin. Caryl Chessman n'avait tué personne mais avait été convaincu de vol, viol et enlèvement. Lui était blanc. Un voyou. Mais dans sa cellule il se mit à écrire et ses livres devinrent des best-sellers internationaux. J'avais lu ses quatre récits, qui m'avaient passionné, quand j'appris son supplice, dans la chambre à gaz, en avril 1960.(1)On avait condamné une petite frappe, on exécutait un érudit.

C'est assez dire que ce qui vient de se passer à Atlanta m'a profondément choqué. Troy Davis avait passé vingt ans dans le couloir de la mort et, sans doute, était-il innocent. Les Etats-Unis sont, avec le Japon, la dernière démocratie à pratiquer la peine de mort dans 34 des 50 Etats de l'Union. Pendant dix ans, de 1967 à 1977 un moratoire (2) avait été décrété au niveau fédéral. Puis les exécutions reprirent, fréquentes dans certains Etats comme le Texas. Bien entendu je sais que des pays totalitaires ont pratiqué, ou pratiquent toujours la peine capitale. Staline mettait à mort des innocents qui lui déplaisaient sans aucune médiatisation. Les Américains, en donnant la possibilité au condamné de faire des appels met le tragique événement à la UNE pendant des mois, des années. Une torture supplémentaire à mes yeux.

Antoine Blanca

1- On doit retrouver ses quatre ouvrages dans les bibliothèques: cellule 2455, couloir de la mort (1954), A travers les barreaux (1955), Face à la justice (1957) et Fils de la haine (1960), l'année de sa mise à mort. Il avait 38 ans.

(2) Le moratoire intervint en vertu du VIIIe Amendement de la Constitution des Etats-Unis d'Amérique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens