Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 12:23

Michel Onfray est un homme intéressant. Au-delà de la philosophie qu'il pratique toujours avec conviction, parfois avec clarté, il a retroussé ses manches. L'Université populaire qu'il a fondée, et qu'il anime à Caen, est l'un de ses succès. Il a renouvelé le discours de Renan sur la religion et le besoin de Dieu ou de dieux. Son athéisme est rafraichissant. Onfray a la provocation tranquille parce que solidement démonstrative. Il a rétabli, dans un récent ouvrage, Albert Camus dans la vérité de sa pensée humaniste.


Nous sommes nombreux à considérer tout cela comme un apport positif. Même s'il n'a pas inventé le concept d'université populaire. Il était au coeur de la vie des Maisons du Peuple. Un syndicalisme créateur les avaient portées contre vents et marées, dans des conditions matérielles et politiques autrement difficiles que celles rencontrées par Onfray dans la capitale de la basse Normandie.

En revanche quand le philosophe s'exprime en homme politique, il dérape gravement. Il se définit comme libertaire (et classe arbitrairement Camus dans ce courant de pensée). Etre libertaire c'est tout et n'importe quoi. Classe-t-il Mélenchon dans cette catégorie? En tout cas je l'ai entendu dire: "je suis d'accord avec le chef du Parti de Gauche à 100%. Sauf quand il adhère à Fidel Castro et à Hugo Chàvez". Il pourrait ajouter à cette copieuse restriction, l'identification partielle du camarade en question au PCF. Héritier naturel du communisme dont Onfray démonte simultananément, sans concession, toutes les erreurs sanglantes, dont son adhésion au pacte germano-soviétique qu'il a très bien disséquée.

Cette adhésion à la démarche mélenchonienne se limiterait donc à son hostilité à la construction européenne et au réformisme de gauche. Le choix des électeurs occidentaux se rétrécirait, selon lui, à l'alternance entre deux centres: l'un penchant à droite, l'autre à gauche.


Une conclusion bien commode. Le courage, disait Jaurès, c'est de chercher la vérité et de la dire. La vérité est que le changement social et économique, dans le monde où nous vivons, se situe bien dans la relativité qu'il dénonce. Mais Onfray aurait bien du mal à nous expliquer comment on mettrait en pratique une transformation plus radicale de la société. Les conditions objectives d'une telle transformation sont-elles réunies, aussi bien en France que n'importe où dans le vaste monde? La réponse est, évidemment, non. Onfray le sait-il? A mon avis il préfère le confort intellectuel. Cela consiste à se proclamer, comme le fait notre philosophe, tout à la fois anar et, très partiellement, mélenchonien. Marx, Boukharine, Trotsky et Camus... La grande confusion.

 

Décidément Michel Onfray devrait rester dans les domaines où il excelle. Philosophie, édition de plusieurs livres par an, animation de son université populaire. Quand il aborde la politique du quotidien, la légèreté de sa pensée l'enfonce en terrain boueux.

 

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens