Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 15:14

Les Etats-Unis sont comme paralysés. Et, avec leur chef de file, ce sont ses alliés qui se sentent impuissants. Obama parle de ligne rouge sans trop savoir où la situer. La France et le Royaume-Uni parlent d'envoyer des armes sans dire ni à qui précisement, ni comment les acheminer. La Syrie de Bachar a pu ainsi entrer dans la phase décisive de la guerre. Le régime retrouvera beaucoup de ruines et des centaines de milliers de pauvres gens à accueillir et à nourrir à leur retour.

L'ONU n'ose pas prédire ce que vont devenir la Syrie et les Syriens. Et se contente de trouver des fonds pour ses institutions humanitaires dont les caisses sont vides.


La Turquie, membre de l'OTAN, est en pleine crise identitaire. L'élite, toutes tendances politiques confondues, veut un pays moderne, laïc, démocratique. Le Premier ministre Erdogan veut exactement le contraire. Et il a pour lui, tout à la fois, le monde de l'économie libérale internationale, et le petit peuple de paysans et de commerçants. Satisfaits de voir leurs femmes et leurs filles remettre robes longues et hijabs. A l'image de la très sage Mme Erdogan. Les dernières élections ont donné des ailes au gouvernement islamiste, renforcé son  goût prononcé pour l'autoritarisme, avec sa censure et sa police brutale.

L'Europe se contente d'observer la tendance et de froncer un peu le sourcil....

 

En Iran, c'est un fait acquis: les mollahs ignares et leur Guide enturbanné, Khaménéi, ont déjà gagné. Les sanctions économiques et l'incompétence poisseuse des dirigeants ont plongé le pays dans une quasi-misère. Sous l'oeil vigilant des milices islamistes toujours prêtes à cogner. Là aussi les occidentaux sont comme désarmés. A moins que les Etats-Unis ne parviennent à empêcher les Israéliens de déclencher une guerre d'une ampleur imprédictible, tout, surtout le pire, peut arriver. Car  aucun des deux candidats susceptible de gagner la présidentielle à Téhéran, ne donne de signe de vouloir négocier l'arrêt du programme nucléaire.

 

Et nous, Européens, avons trop le nez dans notre propre crise économique pour voir arriver l'éventuelle tourmente moyen-orientale. Car où qu'on regarde, c'est la guerre, ou les prémices de la guerre. Tandis que Washington, meurtri dans son orgueil en Irak et en Afghanistan, se contente de défendre ses "zones vertes" et les installation pétrolières amies.

 

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens