Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 17:46

Pour tous ceux qui espéraient une révision profonde de la politique de Washington vis-à-vis de la grande île caraïbe, la déception est perceptible: Barack Obama ne va pas rompre, du moins pour le moment, de manière sensible, avec la politique menée par ses prédécesseurs. Sa récente visite à Miami, pour courtiser les dirigeants de la communauté de Little La Havana, témoigne de son souci de situer sa politique cubaine au seul niveau de la politique intérieure. En fait de sa stratégie électorale.

J'aurais naturellement aimé, pour ma part, une démarche toute différente. Ce Président a une conception bien à lui de la hiérarchie des problèmes internationaux. Dans cette hiérarchie Cuba n'a pas de véritable place. Pas plus, il faut le souligner, que dans un cadre régional. La Maison-Blanche a d'autres chats à fouetter.

On se le tient donc pour dit. Et il nous appartient de continuer, avec nos propres moyens à dénoncer une agressivité moralement injustifiable, un refus patent de dialogue entre égaux, une discrimination insupportable.

On met à l'épreuve -- par un déploiement gigantesque de la machine de propagande, de déformation des réalités, de déferlement de mépris -- la capacité des amis de l'indépendance de Cuba à exprimer leur  solidarité. Le chapitre cubain va être classé par le gouvernement Obama, dans les mois à venir, en fonction des élections de mi-mandat qui auront lieu aux Etats-Unis en novembre prochain.

Bien entendu, le démocrate-socialiste européen que je suis, ne va pas cesser pour autant de préférer les démocrates d'Obama aux conservateurs et aux réactionnaires républicains. Nous avons aussi notre sens de la hiérarchie. L'indifférence ne sera jamais notre fait devant de tels enjeux. De la même manière que nous donnerons, la mort dans l'âme, la préférence aux travaillistes britanniques sur les tories. Et sans hésiter à José-Luis Rodriguez Zapatero sur le PP de Rajoy. 

Simplement parce que nous pensons pouvoir agir ainsi  dans le sens du progrès et que les démarches ultra-minoritaires, si elles peuvent consoler un moment la conscience individuelle, ne débouchent que sur le néant.

Gémir ne sert à rien, si l'on ne se donne pas des raisons d'espérer.

 

Antoine Blanca 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens