Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 09:51
Obama nous a fait rêver par le seul fait d'être élu. Européens enfermés dans le terre-à-terre d'un quotidien sans perspective, nous avons parfois regardé  le nouveau venu sur la scène mondiale comme une incarnation de la  nouveauté. Peut-être de l'espoir. Au point que d'aucuns se sont mis à attendre du grand et élégant bonhomme un autre avenir  à l'échelle planétaire, proche de l'impossible.
Oubliant quelque peu la situation désastreuse dont il était l'héritier. Désastre économique et financier, déséquilibres sociaux et sanitaires, 30% de citoyens privés de soins médicaux. Et, naturellement, une diplomatie discréditée, des forces armées démoralisées et éparpillées, livrées aux appétits voraces de l'insatiable industrie de l'armement.
Peut-être aurait-il fallu mieux écouter, entendre son discours.
Dans sa campagne électorale il s'était pourtant efforcé d'avancer avec prudence. Sagace, il paraissait déjà mesurer, avec un remarquable sang-froid, l'énormité de la tâche qui l'attendait.
 
La réalité politique tout d'abord: même en disposant théoriquement d'une majorité confortable, au Sénat comme à la Chambre des Représentants, Obama savait qu'il devait convaincre avant de vaincre le conservantisme naturel de certains de ses amis officiels. Dans cette fédération d'Etats, chacun dispute avec pugnacité sa parcelle, grande ou petite, d'autorité. Le nouveau président savait qu'il ne pouvait se battre sur tous les fronts à la fois. Il annonça clairement son choix prioritaire: la réforme du système de santé dont le principe ne pouvait être remis en cause, proclama-t-il avec fermeté. Il faut reconnaître que les choses avancent dans le bon sens. Même si c'est avec une lenteur qui nous paraît,  souvent, presque insupportable.

Choix prioritaires aussi en matière de diplomatie et de défense. Un continent va être seul, pour l'essentiel, l'objet de toute son attention: l'Asie (choix dans lequel nous incluons l'Asie de l'ouest, autrement dit le Moyen-Orient).
En Irak il prétend contribuer à consolider le nouvel Etat et des forces armées démocratiques afin de créer les conditions du départ rapide de l'US Army. Obama ne veut pas qu'elles se transforment en force d'occupation. Assurer durablement la stabilité ne sera pas, le président américain le sait, une mince affaire. Car la guerre civile peut éclater à tout moment, entre chiites (majoritaires) et sunnites (accoutumés à l'exercice du pouvoir), entre gouvernement central et kurdes fiers et jaloux de leur nouvelle autonomie.
 
En Afghanistan, Obama vient de décider, c'était prévisible, de renforcer sa présence militaire. Afin de se donner les meilleures chances de pouvoir passer, sans restriction et la tête haute, le relais à un gouvernement représentatif de tous les Afghans. A partir de 2011, échéance confirmée.
Le scepticisme domine, parmi les alliés naturels comme dans la grande presse occidentale. Mais la communauté internationale, l'ONU en premier lieu, approuve avec vigueur, même si c'est avec un enthousiasme un peu forcé.
Pourtant tout autre décision du nouveau président aurait été taxée d'irresponsable, voire d'aventuriste.
 
Obama, en politique intérieure comme en politique internationale, a su décider, faire des choix douloureux. Il pense avoir suffisamment à faire sur le continent asiatique, de Baghdad à Téhéran, de l'Inde à la Chine, du Japon aux deux Corées, pour prêter une attention forte à l'Europe et à ses propres voisins des Amériques. Il laisse ces parties du monde à Hillary Clinton et à ses autres ministres.

Nous voulons ici simplement tenter de comprendre et, si possible, d'expliquer. Cela ne vaut pas approbation. Compréhension peut-être?  Il nous semble en tout état de cause important d'analyser avant de juger ou, pire, de condamner.
En cas de découragement, donnez vous un peu froid dans le dos: un monde où un Mac Cain aurait été le personnage central.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens