Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 17:16

On ne peut converser avec un diplomate, voire avec un journaliste de l'Afrique sub-saharienne, sans être interpellé:"quelle politique va adopter François Hollande sur les questions africaines?"

Comment donner un début de réponse à ce type d'interrogation, quand on sait que les seuls dossiers internationaux qui ont préoccupé l'équipe de campagne concernaient l'Europe, la Chine et les relations avec les Etats-Unis. Bien entendu l'élection ne s'est pas jouée sur la politique extérieure (et même sur les thèmes de politique intérieure le candidat sortant a veillé à maintenir le débat au ras des pâquerettes; parfois même au niveau des bouches d'égoût...). Mais chacun sait que les équipes ministérielles du futur gouvernement commencent à se mettre en place, qu'un conseiller diplomatique présidentiel (Paul Jean-Ortiz, ex-directeur de cabinet de Védrine, bon connaisseur de l'Asie) a été désigné, et d'autres diplomates, retenus. On attend aujourd'hui le parole du nouveau Chef de l'Etat. Avec une impatience mal dissimulée.

Avec Sarkozy, il n'y a pas eu de lune de miel franco-africaine. Mais des habitudes ont été prises, des relations se sont nouées. Personne, sur le continent, n'a oublié le détestable, méprisant discours de Dakar, la distance évidente que veillait à garder le Président vis à vis des terres et des hommes de cette partie du monde qu'il n'a jamais su appréhender. Mais les intermédiaires jouaient leur rôle. Et les hommes politiques africains sont des gens attachés à leurs habitudes. Ils répugnent à changer d'interlocuteurs. Hollande et ses équipes devront apprendre, vite et bien, à approcher cet univers parfois nouveau pour eux.

Les motifs de préoccupation sont grands. Chez les francophones, la situation au Mali est dramatique. Et rien ne s'y fera sans une concertation réaliste avec l'Algérie. Le Niger, le Tchad, le nouveau président du Sénégal, la Mauritanie, nous observent avec anxiété.

En dehors du monde francophone, les inquiétudes sont encore plus manifestes: dans les deux Soudan où la guerre menace de reprendre, au Nigéria où tout peut exploser, dans l'Afrique lusophone (les militaires ont pris le pouvoir en Guinée-Bissau) où nous n'avons jamais su développer un bon niveau de relation...

Pour ce vieux, grand continent, riche en ressources de toute nature la France représente beaucoup. Et nous ne devons pas décevoir ses peuples. Et puis regarder vers l'Afrique c'est aussi veiller sur des intérêts mutuels énormes. Ceux qui existent, comme  ceux qui sont en devenir.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens