Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 10:47

Le VIe Congrès du PCC a ouvert ses travaux samedi 16 avril et devrait les terminer après demain, 19 avril. Raùl Castro a prononcé un (relativement) court  discours inaugural. Le Chef de l'Etat parlait en sa qualité de 1er secrétaire par intérim. Nous  en saurons davantage lorsque sera connue la composition de la nouvelle direction et les orientations politiques, économiques et sociales qui auront été adoptées. Dans l'esprit de l'orateur on peut s'attendre à d'importants changements. Il s'est montré en effet très offensif en ce qui concerne le fonctionnement du PCC. En substance il s'en est pris à la tendance lourde consistant à prendre des décisions qui sont oubliées une fois le Congrès terminé, à la réunionnite qui sclérose le vrai militantisme, à la confusion entre les rôles respectifs du PCC et du gouvernement et de son administration, l'attente des directives venues du sommet. Attitude qui se traduit par un évident immobilisme. En synthèse: prenons moins de décisions, mais rendons les effectives, montrons nous responsables, chacun à notre niveau.

Il est vrai que neuf années se sont écoulées depuis le précédent Congrès. Et pendant cette période la terre a continué de tourner et les dirigeants à vieillir et à s'engourdir dans un certain confort entretenu par d'anciennes certitudes.

Nous en saurons davantage lorsqu'on connaîtra la composition du nouveau Comité central et du Bureau politique.

A l'issue du 1er Congrès, à la veille de Noël 1975, le Bureau poliitique, très réduit (huit membres, si mes souvenirs sont bons), il était exclsivement composé de héros du Mouvement du 26 juillet (M26). Aucun, par conséquent, ne provenait du PC historique (PSP). Même Carlos Rafael Rodriguez, le seul communiste à être monté (tardivement) au maquis. Cela visait à compenser, avais-je pensé, la scénographie très PCUS du Congrès, et le fait que ce dernier était présidé par Blas Roca, un vétéran du stalinisme dont le fils devait d'ailleurs déserter plus tard pour rejoindre les rangs de l'ennemi de Miami.

Il va être très intéressant de vérifier si une nouvelle génération révolutionnaire vient relever les vétérans que Raùl a, sans citer de nom, critiqué pour leur immobilisme et celui qu'ils ont fait prévaloir parmi eux.

Notre but n'étant pas de résumer ici le discours. Mais je relève la place qui y était accordée à l'église catholique et la mention appuyée à la légitimité de la diversité de pensée à l'intérieur des principes socialistes. Fidel, absent pour des raisons évidentes, a été cité à plusieurs reprises. Le compañero Fidel demeurant la référence révolutionnaire.

 

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens