Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 09:37

Tout le monde doit être en mesure de pouvoir exposer ses vues à nos concitoyens. C'est démocratique, c'est un exercice de libre expression appréciable, légitime.

Mais n'y a-t-il pas d'autre moyen de s'y livrer qu'en se présentant à l'élection présidentielle? On peut écrire des livres, des articles dans la presse, parler sur les ondes, créer des associations...En revanche, occuper pendant quelques semaines micros et caméras ne serait, à mon sens, justifié que si cela contribue à enrichir le débat politique avec des idées nouvelles, des propositions constructives susceptibles de nous faire avancer dans la recherche de solutions à la crise profonde et multiforme que nous vivons en Europe. Or, quand on observe les multiples candidats considérés comme "petits", on constate deux choses: 1 - même quand il y a changement d'interprète, les thèmes de la chanson sont toujours identiques à ceux d'il y a cinq ans.      2 -  leur but avoué ne consiste pas à débattre, mais à marquer un territoire, aussi réduit fut-il (mon chien Médor est plus ambitieux).

Ils encombrent le paysage mais n'apportent, politiquement ou intellectuellement, rien de rien.

La gauche issue du marxisme, voire du marxisme-léninisme, a renoncé à dessiner les contours d'une société différente. Elle s'indigne, elle constate, elle dénonce avec une véhémence appuyée. Mais personne ne dit quelles conclusions ont été tirées de l'échec monstrueux du socialisme étatique, de la bureaucratie sclérosée et répressive qu'elle a engendrée. Partout les idéaux révolutionnaires ont été passés à la trappe. Le conservantisme du langage est pitoyable, désespérant, alors même que la crise actuelle du capitalisme de désindustrialisation, de recherche du profit pour le seul profit, de déshumanisation sociale, devrait permettre l'ouverture de nouvelles pistes à la construction d'un monde meilleur. Là où l'on attendait de l'exaltation, on n'y trouve qu'amertume et soldats sans armes.

Les acteurs de cette autre gauche peuvent être parfois (Mélenchon), des pourfendeurs talentueux. Mais au bout du compte ils sont tous consternants.

A quoi bon rappeler l'indigence des candidats de droite, des souverainistes aux centristes: leurs contributions ne sont pas dignes des enjeux actuels. Même Bayrou, l'éternel ressucité, survivant de l'inutile, vient de sombrer dans le grotesque en avançant, au pas d'un cheval, sur le chemin étroit du retour sur les frontières hexagonales.

On se dit finalement: il est heureux que des limites aient été fixées par la loi au dépôt de candidatures. Seuls socialistes et conservateurs resteront en place au milieu du printemps prochain. Ce n'est pas de la discrimination: c'est la sélection naturelle. A  gauche, les primaires citoyennes auraient pu d'ailleurs permettre à tous de s'exprimer et de se compter. Chacun a préféré rester dans son coin à se raconter la même vieille histoire de fées et de sorcières. A droite...ce n'est pas notre affaire aujourd'hui. La voilà sur le point de déclencher les hostilités contre...le Royaume Uni et son gouvernement conservateur. Peut-être que la dernière trouvaille sarkozyenne consiste-t-elle à un retour à la guerre de Cent Ans?...

Antoine Blanca

Le PS a déjà beaucoup travaillé ses dossiers. Mais le candidat retenu a la possibilité, le devoir même, de nous proposer de nouveaux horizons. Ils seront forcément européens et internationalistes. Ils ne devront pas craindre les ruptures. La discrétion actuelle de François Hollande signifie, je l'espère, que de nouveaux horizons vont nous être proposés, pas seulement de nouveaux sacrifices.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens