Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 09:51

Dimanche 30 mai, 1er tour de la présidentielle en Colombie. Il est certain qu'il faudra aller au 2e tour, le 20 juin, pour départager les deux candidats restés en lice. Il est plus que probable que l'un d'eux sera Antanus Mockus, fils d'émigrants lituaniens: une extravagance dans un pays où le seul facteur de continuité était que les "grandes familles"se transmettaient le pouvoir. Héritages souvent sanglants entre Conservateurs et Libéraux. C'était douloureux, mais on restait au moins entre gens du même monde.

Aujourd'hui les candidats officiels des deux grands partis n'ont aucune chance de l'emporter.

Tout devrait se passer entre l'ancien ministre de la Défense du Président Uribe (lequel n'est pas autorisé par la Constitution à se présenter une troisième fois), et le fameux Mockus. Des battants, chacun à sa manière et d'origine bien différente. Juan Domingo Santos provient d'une grande et riche famille libérale, fondatrice du plus important quotidien du pays, "El Tiempo". Ambitieux et parfois audacieux comme un grand joueur de poker.

L'autre, Mockus, pourrait être un professeur Nimbus, à la fois génial et original, inlassable travailleur, cultivé et polyglotte (il parle français!). Mais il a été aussi Recteur de l'Université nationale, deux fois maire de la capitale Bogotà (le meilleur qu'elle ait connu) et déjà tenté d'être vice-président (avec la candidate conservatrice), et président sous ses propres couleurs ("Visionnaires avec Antanus"). Double échec cinglant...

Le voilà Vert, à présent...Et crédité par les sondages de plus de 30% des voix.

Et pour cette épreuve décisive, soucieux de respectabilité.
Sa notoriété avait été acquise quand, Recteur de l'Université, chahuté par 2000 étudiants qui avaient interrompu son discours, il baissa son pantalon et leur montra ses fesses. "Au moins ils ont vue la couleur de la paix, le blanc".

Rien de moins orthodoxe.

Pourtant, s'il est élu, je pense qu'il donnera un nouveau visage, plus coloré, à son pays. Avec son intégrité jamais prise en défaut, il donnera la priorité à la lutte contre le chômage, à l'éducation et à la protection de la nature de cette merveilleuse et vaste Colombie de montagnes et de fleuves, de forêts tropicales et de mers poissonneuses. Les jeunes citadins l'appuient massivement. Ils savent qu'il ne fera pas de compromis avec la corruption. Et qu'il sera un bon voisin des nations soeurs à ses frontières, rétablira le dialogue avec le vénézuélien Hugo Chàvez.

Restent les inconnues: le poids de la fraude dans les zones rurales où les caciques et leurs milices font la loi. Et le manque d'appui parlementaire (5 sénateurs sur 102 et 4 députés sur 166). Lourd handicap.

Mais les choses paraissent changer très vite dans l'un des plus grands pays de l'Amérique latine. Je suis les événements avec passion.

 

Antoine Blanca

NB: certains se demandront "où est donc passée notre célébre franco-colombienne Ingrid Bettencourt ?" Elle aura retrouvé l'anonymat, état naturel pour ceux et celles qui ne représentent qu'eux-mêmes.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens