Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 10:32

La Convention socialiste a sans doute adopté, à une large majorité, le projet de programme pour les relations internationales. Nous sommes nombreux à nous être résignés, par souci d'unité (apparence utile par les temps qio courent), à nous prononcer publiquement dans le même sens.

Mais, au risque de bousculer la logique, je voudrais, le vote passé, vous faire partager quelques unes de mes réflexions critiques:

--l'Internationale socialiste, IIe du nom, est saluée formellement, dans le projet  comme on le fait pour un voisin que l'on croise de temps à autre dans le quartier; on peut le compendre, puisque ce qui était à l'origine d'un immense espoir de fraternité des peuples, n'est plus qu'un club que l'on fréquente rarement pour y prononcer quelques discours convenus; mais on ne sent, dans le document, ni révolte, ni indignation; l'Internationale n'est plus; il n'y a rien à voir...et surtout on ne propose rien pour commencer à y changer les choses;

--l'ONU n'est pas, comme beaucoup l'eussent souhaitée, observée dans toutes ses dimensions; à savoir qu'au-delà de ses institutions politiques (Assemblée générale, Conseil de Sécurité), l'organisation universelle est au coeur d'un système chargé de faire avancer le monde vers plus de justice, de développement, de respect des droits fondamentaux; elle dispose de moyens appréciables, du moins en théorie, pour agir, avec ses grandes agences spécialisées (FAO, OMS, OIT...et ses programmes permanents (PNUD, UNICEF, PAM...) sans parler de ses commissions régionales installées sur chacun des continents; l'ignorance de la direction du PS sur ces sujets est inquiétante;

--l'Afrique sub-saharienne est, presque tout entière à la dérive; quand les pays considérés possèdent des richesses naturelles elles sont pillées par les grandes puissances économiques avec, aujourd'hui, la Chine à leur tête; avec la complicité intéressée des élites politiques locales majoriairement corrompues; quand  ces  pays n'ont pas de telles richesses en abondance, les populations, la terre, les espèces animales menacées, les eaux et les forêts survivent encore grâce aux organismes de l'ONU et aux  grandes ONG;

à cela le PS répond par la vieille chanson de "l'homme africain entré ou non dans l'Histoire"; on attendait de sa part une analyse un peu plus profonde et plus fine! Autre chose que des larmes hypocrites de fin de discours;

-- les Amériques latines sont presque totalement oubliées; les transformations qui les ont toutes marquées, méritaient largement l'attention intéressée de la gauche européenne; cette attention n'est pas perceptible dans le texte PS: par exemple, si l'on met à part le Brésil de Lula, très à la mode dans les salons parisiens, le Chili à la démocratie consolidée, qui au PS se pose de question de fond à propos de la nouvelle donne en Bolivie, au Venezuela, en Equateur, en Amérique centrale (le FMLN au pouvoir par la voie des urnes au Salvador, le nouveau et triste visage du sandinisme au Nicaragua...); les guerres des cartels au Mexique et en Colombie...

Tout se passe comme si, au moment où les Etats-Unis s'intéressent moins au sud de leur continent, les démocrates socialistes adoptaient une même indiférence; comme si la gauche européenne ne regardait les peuples concernés que lorsqu'ils étaient soumis à la dictature et à la répression; ou lorsque de sortes de guerres civiles, inspirées ou non par la CIA, les ensanglantaient.

 

Mais à part ces quelques remarques (j'en garde d'autres en réserve), tout est pour le mieux dans l'univers internationaliste vu par  le PS.

 

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens