Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 11:30

Quand on a annoncé que Serge Dassault voulait mettre aussi la main sur "le Parisien", j'avais naïvement pensé qu'on allait assister à un déferlement de protestations, en particulier parmi les grandes voix du journalisme français.

Il n'en a rien été.
M. Aphatie qui s'affiche comme une sorte de directeur de conscience de son petit monde, est demeuré presque silencieux. Par deux fois il a  en revanche utilisé les deux-tiers de son intervention sur le Grand Journal de Canal+  à faire la promotion d'un énième livre sur les petites fraudes pratiquées (et avouées avec naïveté par leurs propres auteurs) qui auraient pu, d'un côté où de l'autre , faire pencher une balance qui ne s'équilibrait pas de façon claire entre personnes et courants du déjà vieux Congrès de Reims. Par deux fois en trois jours. Histoire de ne pas parler de l'affaire Woerth, des manifs et grèves, des abus de pouvoir  du couple Hortefeux-Besson, du mal-vivre tragi-comique de l'Elysée...

Hier il s'en est même pris à ses confrères des grands hebdomadaires qui faisaient, à son sens, des pages decouvertures agressives à l'égard de Sarkozy: pourquoi tant de haine s'est indigné, en substance, ce saint inquisiteur du dire et écrire vrai.

Et de s'exclamer une fois de plus: "on dira encore, c'est la faute des médias"?

On entendra par là, les grands noms de la presse.

Or "la presse", ce sont des propriétaires des titres, des grandes plumes et  des voix médiatisées, mais aussi des milliers de petits professionnels cherchant à préserver un emploi menacé, à obtenir des piges ici ou là por mettre du beurre dans les épinards et à garnir leur carnet d'adresses au cas où. Il ne s'agit pas d'UNE classe médiatique, mais d'une relations entre petits salariés et hauts gradés.

Aussi  les sans-grade ne font-ils pas le poids. Ce sont les ténors qui  nous occupent et, quand on mis à bas tout ce que le programme de la Libération (qui interdisait les propriétés personnelles et multiples, les achats de nouveaux titres pour bâtir un empire, favorisait  au contraire les sociétés de rédacteurs), les fameux ténors prirent avant tout soin de leurs fesses et des fauteuils qui allaient avec. Hersant, le premier, avait creusé le sillon et tout à suivi. Et voilà que l'avionneur Dassault franchit, spectaculairement , un nouveau pas en vue de mieux peser sur l'opinion. Aussitôt, grosso modo, les grands noms se font discrets, prennent soin avant tout de soigner leurs relations et leurs arrières dorés.

Finalement, quand ces grands éditorialistes clament leur indépendance, affirment qu'ils ne reçoivent des consignes de personne, ils mentent insidieusement: des consignes, ils n'en ont pas besoin puisqu'ils connaissent leurs véritables maîtres, les fréquentent en faisant partie de leur monde, la bande du Fouquet's n'étant jamais loin. Alors, ils leur appartient de gérer leur expression pour demeurer relativement crédibles.

Et quand vient d'en haut un signe d'irritation ou de simple mécontentement, on rectifie un peu, ou beaucoup, le tir.

Ce que fait aujourd'hui, visiblement, Canal+ et son émission vedette Le Grand Journal. Cela est très sensible, depuis la rentrée. avec une relative finesse, de Michel Denizot, jusqu'à Ali Balou, Barthès et son "petit journal". Avec Aphatie on devient carrément lourd, au point que l'on se demande quelle nouvelle promotion il s'est mis à espérer. En attendant il donne le sentiment de montrer toute sa volonté à coopérer.

 

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens