Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 12:45

Je ne l'aurais jamais cru possible: le mouvement contestataire qui frappe les pays arabes comme ils avaient atteint ceux du du Maghreb, vient d'arriver aussi  en Syrie. Le régime baassiste 1) qui  la gouverne depuis le coup d'Etat de1966 (le baass avait fait main basse sur l'armée trois ans auparavant), dirigeait les affaires d'une main d'acier. Pas une feuille ne bougeait sans que les moukharabat, les agents de la redoutable et redoutée police secrète, n'en soient aussitôt informés. 

Certes le parti unique dirige un Front National Progressiste au sein duquel sont censées co-exister plusieurs forces politiques d'origine sociale et religieuse différentes. Mais cela ne sauve que très imparfaitement les apparences en dépit   2) de l'habileté du Chef à jouer avec les divisions les plus insolites: les agriculteurs (principaux producteurs d'un pays sans pétrole), les diverses confessions (l'Islam sunnite étant très représentatif), les classes moyennes attentives aux événements se déroulant dans le reste du monde... Reste que le socle du pouvoir  de la famille régnante, de Hafez hier et de Bachar el Assad depuis l'an 2000, son fils et successeur, est constitué à la fois par  l'armée et par le minorité alaouite à laquelle appartient le monarque et les principaux dirigeants ( les alaouites ne représentent que 10% de la population, mais demeurent au coeur du système). 3)

 

Pour nous, Français, le tournant se situe avec la visite officielle de Bachar à Paris, royalement reçu par Nicolas Sarkozy qui alla jusqu'à le placer à sa droite, sur la tribune officielle, pour assister au défilé du 14 juillet. Le leader du Baas syrien paraissait lui même surpris par des égards aussi extravagants. C'est que son régime demeure accusé par la France d'avoir organisé l'assassinat de son ambassadeur à Beyrouth, d'avoir participé à celui de l'ex-Premier Ministre libanais Rafik Hariri, notre ami fidèle, de soutenir des groupes terroristes... Et la liste des soupçons est  encore longue. Notre Président  ne les a  pas moins rayés d'un trait de plume...Les meilleurs spécialistes du Moyen-Orient ne s'expliquent toujours pas les raisons de ces soudaines démonstrations quasi-amoureuses...

La Syrie officielle a toujours su naviguer entre des intérêts contradictoires. Pays pauvre, sans ressources naturelles, surendetté et presque au bord de la faillite, son gouvernement tire toutes les ficelles, joue de toutes les cordes. se contorsionne dans toutes les positions pour continuer d'exister dans ce univers impitoyable. Avec le Hezbollah comme avec les Etats-Unis et Israël (qui a annexé le plateau du Golan et tient ainsi Damas à  portée de ses canons ) , avec l'ONU comme avec la France et l'Union européenne...

Mais tant d'habileté, tant de manipulations, tant de jeux politiques n'ont pas empêché la jeunesse  de s'emparer de la rue des villes, de renverser des statues, de défier l'une des polices les mieux structurées et les plus impitoyables  du monde.

Il y a déjà beaucoup de victimes, mais le mouvement ne paraît pas devoir s'arrêter.

 

Antoine Blanca


 

1) parti panarabe, nationaliste et socialiste, fondé par un chrétien syrien, Michel Aflak. Le Baas de Damas n'est théoriquement que la section de Syrie de ce parti qui a longtemps contrôlé l'Irak avec Saddam Hussein (frère ennemi des El Assad).

2)La Syrie est un pays à majorité musulmane mais finalement très composite, les minorités religieuses y sont toujours très considérées par le pouvoir central.

3) les "alaouites" sont autant une religion, assez éloignée de l'Islam en réalité, qu'une organisation secrète au niveau de ses chefs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens