Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 10:50

C'était sur ARTE hier soir, mercredi 21 décembre. Un reportage professionnel, dépassionné, de la chaîne franco-allemande, la seule dont la qualité n'est limitée que par la modestie de son budget. En matière d'information elle est unique. Elle peut braver impunément la petite bande de l'Elysée parce que son audience est très minoritaire, que Berlin est un partenaire sourcilleux en matière de liberté d'expression et que ses fidèles "clients" sont des hommes et des femmes à l'esprit éclairé, inquiets de tout ce qui fait l'actualité ou peut menacer l'avenir de la planète et de l'humanité. Cette minorité là n'est pas électoralement ciblée, parce que numériquement négligeable aux yeux des conseillers du Château...

Le documentaire sur la personnalité de Sarkozy était alimenté par des séquences évenementielles et, surtout, par les commentaires des correspondants en France de la grande presse étrangère. Dix huit vétérans, souvent en poste depuis plus d'une décennie, connaisseurs éclairés de notre pays. Anglo-Saxons, Slaves, Latins, Orientaux, ils jetaient un regard clinique sur le personnage qui nous gouverne, pour un diagnostic scientifique qui s'est révélé mortel.

Témoignant de manière cloisonnée, leur sentence a été pourtant identique: Sarkozy a trompé et s'est trompé de bout en bout. Il connaît sans doute bien Neuilly, un certain Paris, mais pas la France. Il n'a cessé d'improviser sa politique en fonction des circonstances et de ce qu'il estimait être ses intérêts électoraux. Il n'est apprécié par aucun de ses partenaires, à commencer par Angela Menkel et par Barack Obama. Ses contacts avec les Français sont formatés par ses comunicants, Les journalistes nationaux se montrent le plus souvent obséquieux, toujours précautionneux, estimant que part de leur avenir dépend de ses bonnes ou mauvaises humeurs. Quant à la presse étrangère, Sarkozy préfère l'ignorer. Par crainte de leur indépendance? Sans doute. Mais aussi parce qu'elle ne compte qu'à la marge dans ses calculs électoraux...

C'est pourtant dans le domaine de la politique étrangère que les intervenants de l'émission lui reconnaissent des succès: lorsqu'il a exercé la présidence de l'Union et celle du G20. Son  esprit de décision dans la crise  libyenne aurait aussi tranché avec la frilosité de ses partenaires (il voulait faire oublier ses erreurs en Tunisie et en Egypte, expliquent-ils).

Au bout du compte, un véritable assassinat médiatique auquel seuls 5% des télespectateurs auront eu le privilège d'assister. "Il a vu son accession à la présidence comme un formidable cadeau d'anniversaire et s'est mis, dès le premier soir, à jouer avec. Avec les mois et les années, le regard des Français a été de moins en moins complaisant. Aujourd'hui nous voyons mal comment il pourrait refaire surface", a été la conclusion de ces experts.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens