Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 12:13
On aurait dû s'en douter dès le soir de son élection: fête au Fouquet's avec les grands chevaliers d'industrie et les copains "bling-bling" de lycée; concerts place de la Concorde avec les tocards illustres du music-hall. Ce n'était qu'un avant-goût de ce qui nous attendait. Après de courtes vacances sur un yatch, Sarkozy s'est mis au travail sans délai. Pour son pays? Pour l'Europe? Pour un monde en paix? Que non! Pour le seul objectif qui le mobilise vraiment: sa réélection en 2012.
Son seul idéal. Son seul amour. La seule chose digne à ses yeux d'estime durable: sa petite et immodeste personne. Il est son plus grand admirateur.
A l'observer, on peut mesurer la distance qui sépare un homme politique d'un politicard. Le premier consacre son énergie à expliquer son point de vue et, parfois, les raisons de son changement d'appréciation; à rassembler pour avancer et à rester ouvert aux idées des autres.
Le politicard s'entoure, lui, de flagorneurs; confond critique et attaque, préfére menacer, qu'argumenter, débaucher que dialoguer. Il ne tient de promesse que si elle touche à la protection de la puissance de l'argent. C'est le fondement idéologique de la démarche de Sarkozy. La seule digne d'accompagner l'avidité insatiable de son ego.
Mais c'est dans l'électorat fluctuant de la droite populaire qu'il compte pour assurer son avenir politique. Il doit trouver de quoi l'alimenter.  Il est en alerte permanente, en concurrence avec l'extrême droite qu'il ne cesse de côtoyer, en se gardant de la fréquenter. C'est alors que l'on entre dans le domaine de l'improvisation, de l'intuition, du pressentiment. Qu'il transforme ces sensations en mots. Qu'il vienne à les exprimer, et cela vaut ordre de marche. Du moins pour la curieuse, hétéroclite mécanique humaine qu'il a mise au point sans devoir à mesurer les moyens financiers.
Avec, avouons-le, une sorte de génie.
Car il faut en avoir pour avancer droit sur ses talonnettes, balayant autour de soi tous les obstacles pour tendre vers l'objectif. désigné. Séduction et cynisme, instinct de tueur et singerie de générosité sont partie de ses atouts de mauvais joueur. De gagneur aussi.
Cette manière de progresser, cette démarche peuvent toutefois s'avérer désastreuses quand on dispose d'un tel pouvoir sur les corps et sur les âmes esclaves ou paralysées.
Le débat sur l'identité nationale, lancé sans préparation ni réflexion sérieuse préalable, en témoigne cruellement. Notre République va porter durablement les cicatrices des blessures ouvertes par les mots qui font mal. Et, parfois, mutilent.
Mais, en définitive, monsieur Sarkozy aura échoué sur tous les terrains, l'économique comme le social, l'international comme le militaire.
En bâclant aussi un débat qu'il a voulu pour des raisons politicardes, il a porté un méchant coup, chez nous, dans notre cher et vieux pays, à l'acceptation de la différence de l'autre.

Antoine Blanca
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens