Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 10:47

Il y a 22 ans, en mai 1990, je me trouvais à Bagdad où la grande cité khalifale se préparait à recevoir tous les Chefs d'Etat des pays arabes. On accrochait aux lampadaires de la grande avenue centrale les drapeaux des nations soeurs, les fonctionnaires et les employés du Palais républicain s'affairaient, les polices étaient sur le qui-vive.

Avec ma petite équipe de collaborateurs, nous nous apprêtions à repartir pour New-York, la réunion de la Commission économique de l'ONU pour l'Asie de l'Ouest s'étant achevée. A cette époque, en effet, le siège régional  de l'organisation mondiale pour les pays arabes était en Irak. Et j'avais mis à profit ma visite pour rencontrer des diplomates et des journalistes: tous ne parlaient que du prochain sommet et de la possibilité d'un éclat entre Saddam, le laïc baassiste, et les monarchies du Golfe que les Irakiens accusaient de ne pas avoir manifesté de vraie solidarité envers un pays arabe en guerre contre les Perses...Les diplomates français de Bagdad étaient, de loin , les mieux informés: les services de l'Ambassade s'étaient procuré le procès verbal de la dernière réunion du Bureau politique du Baas. "L'Irak va confirmer avec violence ses vieilles revendications territoriales sur le Koweit. La guerre de sept ans contre Téhéran a coûté très cher, et Saddam veut les revenus du pétrole koweiti". Les Irakiens, me dirent mes collègues, croient avoir compris que la diplomatie américaine se contenterait de faire les gros yeux si leur armée passait des menaces aux actes.

Nous savons ce qu'il advint. Pendant le sommet l'incident entre Saddam et le Koweit fut violent. Le Cheikh quitta Bagdad, furieux et inquiet. Puis ce fut l'invasion et le pillage du petit, mais richissime pays. Et Washington, appuyé par ses alliés et béni par l'ONU (un Etat membre avait été occupé militairement par un autre), ne se contenta évidemment pas de "faire les gros yeux"...

Au sommet qui s'achève aujourd'hui, de nouveau à Bagdad, le Koweit était représenté par son souverain qui avait été accueilli par un chef de gouvernement chiite. Embrassades et tapis rouge, même Palais républicain, même fébrilité sécuritaire: le sommet va parler de la Syrie, de la Turquie, désormais omniprésente dans la région, d'aide (en pétrodollars) charitable aux pays musulmans les plus pauvres...Mais aucune vraie décision ne sera arrêtée concernant Damas et, surtout, aucun débat de fond n'aura lieu sur ce qu'on a appelé en occident "printemps arabes", sur les aspirations démocratiques des masses, sur la place de la  religion et de la femme dans la société. Sous les démonstrations cinématographiques d'affection fraternelle, il y aura eu beaucoup de silences et de non-dits. Toujours aussi  chargés d'onctueuse hypocrisie.  

Antoine Blanca, ancien Ambassadeur de France et ancien n°2 du Secrétariat Général de l'ONU

NB: Le sommet ne réglera pas non plus le différend, toujours bien réel, entre l'Irak et le Koweit. Différend sur le tracé de la frontière, différend sur les indemnités de guerre à la suite du pillage en règle du pays occupé par les troupes irakiennes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens