Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 12:01

Le Congrès PS qui va s'ouvrir aujourd'hui, ne marquera pas les esprits: ce ne sera ni un congrès de division, ni un congrès de changement de ligne. Les socialistes ne sont jamais à l'aise pour débattre librement tout en exerçant le pouvoir. Même les délégués les plus critiques retiennent leur plume ou leur langue. Spontanément. On est à la limite de l'auto-censure.

On retourne dans un très ancien fief de  la gauche jauressienne? Même si la parenthèse centriste fut bien longue à l'Hôtel de Ville avec la famille Baudis et une courte apparition, de Douste-Blazy. Avec Pierre Cohen, le PS retrouvait une situation plus normale. Aux dernières législatives ses candidats totalisaient plus de 60% des  suffrages.

Le Congrès du Parti ne s'était plus tenu dans la ville rose depuis 1957. C'était alors le Parti socialiste SFIO (section française de l'Internationale ouvrière). Le chef du Parti venait de diriger, pendant 16 mois, le gouvernement. Qui ne fut pas seulement celui au cours duquel "les événements" devinrent guerre d'Algérie. Il y eut aussi d'importantes avancées sociales, comme la 3e semaine de congés payés, la réduction des abattements de zone, le minimum vieillesse etc... Un grand pas avait été fait également en direction de la décolonisation: une loi cadre, présentée par Gaston Defferre, allait permettre la création de parlements et de gouvernements autonomes. Cela facilita, on l'oublie trop souvent, l'accession postérieure à l'indépendance, "dans le cadre de la Communauté" voulue par De Gaulle.

Mais dans le souvenir du peuple de gauche et du monde intellectuel, seul resta la guerre d'Algérie avec ses douleurs et ses larmes;

Aussi le Congrès de 1957 fut le dernier de la SFIO. Sans que les délégués le sachent tant le décor des salles et des halls d'entrée était élaboré, et l'orientation marxiste du Parti affirmé dès l'entrée: une énorme banderole portait une citation de Rosa Luxembourg. Au cours de la séance consacrée à l'International, ce fut le discours du chef du Labour, Aneurin Beavan, qui retint l'attention : il était entièrement consacré à la guerre d'Algérie et constituait un assassinat en règle de son camarade Guy Mollet.

Ce dernier congrès du socialisme français traditionnel, fut aussi le dernier où chaque orateur se référait à la parole des grands anciens. A Toulouse vous ne les retrouverez qu'en consultant les documents disponibles  au stand de l'OURS (Office universitaire de recherche socialiste).

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens