Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 11:51

François Hollande parlait avec une passion contenue. Un parterre choisi l'écoutait, qui ne perdait pas un mot de son discours dans ce lieu chargé de symboles qu'est la Sorbonne. Il ne s'agissait pas d'un thème léger a priori: ces Etats Généraux doivent préparer la grande loi sur les nouvelles dispositions destinées à faire revivre, revisiter, la démocratie dans les régions, les départements et les communes. Mais il était évident qu'une sorte de foi profane habitait le Président. C'est à la base, comme maire, conseiller général, président de l'assemblée départementale qu'il avait tenu à faire ses classes. Enarque brillant, jeune conseiller de l'Elysée, il aurait pu survoler ce monde du quotidien provincial. Il voulait, au contraire,  en faire partie, s'en imprégner. Ce n'est pas pour rien que sa victoire présidentielle fut saluée au son de l'accordéon, le président du Limousin étant lui-même à la manoeuvre. A Tulle où prospère encore la dernière manufacture française de production d'accordéons.

Alors la démocratie de terrain, il connaît. Et il aime. Tout discours jugé important est réécrit par François en personne. Entre la remise du projet par ses collaborateurs et le texte final, la différence est sensible, sur le fond comme dans la forme. Mais en l'occurence, à la Sorbonne, le Président de la République était, davantage encore, dans son élément. "En France, aime-t-il à commenter, le pouvoir central peut se permettre de promouvoir lui-même la décentralisation. Depuis des siècles les seigneurs des provinces n'ont fait, par la contrainte ou par la ruse, que céder du terrain politique à la capitale. Avec Richelieu cela constituait l'axe de la politique d'Etat. La Révolution et les deux empires ont définitivement mis à genoux les tentations autonomistes, qu'elles fussent politiques ou culturelles. Depuis 1981 nous avons estimé qu'il était temps de desserrer l'étau". Mais le chantier de la décentralisation est à peine commencé...

En tout cas ce que le nouveau président est en train d'échafauder a de l'allure. Le sarkozysme s'était engagé sur la voie bâclée de la facilité. Il a bien fallu effacer tout cela et repartir à zéro. Cela engage l'avenir des deux générations à venir. On en débat en ce moment même.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens