Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 09:23
En Amérique latine désormais, la démocratie a fini par s'imposer partout, avec ses différents visages, mais toujours par la voie des urnes. Même quand un coup de force vient toubler le cours des choses, les chefs putschistes s'efforcent de lui donner des couleurs constitutionnelles. Nous voulons parler du Honduras où l'élection présidentielle vient d'avoir lieu alors que le Chef de l'Etat sortant est toujours cerné par les militaires à l'ambassade du Brésil à Tegucigalpa (il s'agit, vous vous en souvenez, de Manuel Zelaya, coupable d'avoir voulu organiser un référendum pour modifier la Constitution).
Démocratie et vote citoyen partout, donc, dans le sous-continent américain.
Les mauvaises langues lient cette vitalité libertaire au fait que les Etats-Unis ont cessé d'intervenir directement, depuis plus de vingt ans, dans les affaires intérieures de la région. L'explication est un peu courte. On sera amené à revenir sur la question.
Il demeure que les régimes militaires et répressifs d'hier ont laissé des traces profondes sur les corps et les esprits.
C'est le cas de José(Pepe) Mùjica. Il a succédé le dimanche 29 novembre à un autre président de gauche. Le "Frente Amplio" s'est donc installé dans la durée. Cette fois c'est bien la fin de l'alternance  traditionnelle entre les partis "Blanco" et "Colorado" qui pratiquaient une sorte de caciquisme paternaliste dans ce pays laïc, pro-français et garibaldien.
Pepe (prononcer pépé) est un personnage de roman d'aventures. D'aventure militante. Il a été de ceux qui ont combattu par les armes la "bourgeoisie", avec les maquis de Fidel et le message du Ché en tête.
Le régime militaire le lui avait fait payer très cher. Onze ans de prison, dont deux enfermé dans un puits sans lumière, où il ne pouvait pas même s'allonger, et six isolé dans une cellule sans ouverture où il lui était interdit de lire.
Aujourd'hui Pepe n'en finit pas de rattraper le temps perdu dans le silence qui lui était imposé. Il peut parler, dit-on, 28 heures à la file. Il parle du divin et de l'humain. Du projet révolutionnaire par les armes il ne reste pas même des cendres, constate-t-il. Les programmes de lutte contre les inégalités sont tenus pour absolument compatibles avec la loi et les règles du marché. Pepe Mùjica annonce même une présidence "où la démarche consistera à négocier, négocier et encore négocier. Jusqu'à l'insupportable".
A 74 ans le nouveau leader de l'Uruguay n'aspire qu'à une chose: consacrer son mandat à son pays et à son peuple. Son intégrité est aussi proverbiale que son verbe.

BOLIVIE: Evo Morales a triomphé avec 62% des voix dès le premier tour. Il a redonné  à la majorité andine, aymara et quéchua, toutes les valeurs que les envahisseurs lui avaient volé, comme ils leur avaient pris  leurs terres et les richesses de leur sous-sol. Mais cela ne l'empêche pas d'être un homme fou de progrès et de modernité. Personne ne pourra mettre en doute, en tout cas, désormais, sa légitimité.

Antoine Blanca
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens