Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 10:51

D'ordinaire j'aime plutôt la chaîne franco-allemande ARTE. Y compris l'émission de débats, 28 minutes, qui suit le journal de 19h45. Un peu hâtif, mais acceptable dans l'ensemble. Pourtant hier, 15 avril, la rédaction a carrément pété les plombs. C'est d'ailleurs souvent le cas quand elle traite de l'Amérique latine et surtout de la gauche dans cette région du monde. Quand un thème concernant Cuba est abordé, l'émission sombre alors dans le post maccarthisme. Sur certains thèmes, ARTE est toujours dans la guerre froide...

Pour tenter de comprendre ce qui se passe à Caracas, explique la présentatrice, "nous avons invité Un Tel, journaliste au Figaro". On comprend tout de suite que l'objectvité nous sera garantie.

Confirmation rapide: pour ce 'spécialiste', il faut comprendre qu'après la mort de Chàvez, la direction du Parti socialiste unifié du Venezuela, PSUV, s'est divisée en trois factions. Celle de l'héritier proclamé, Nicolàs Maduro, représentant les intérêts cubains; celle de l'actuel président de l'Assemblée, Diosdado Cabello, homme de l'armée, et Elìas Jàua, leader historique et ministre des Relations extérieures. Maduro aurait  souffert de la contestation de ses 'supposés' amis qui auraient poussé à l'abstention, voire même au vote Capriles, candidat unique de l'opposition.

Le summum de l'ignorance ou de la mauvaise foi (de l'une et l'autre sans doute), fut attteint quand le pseudo-spécialiste du Figaro, affirma qu'une partie de l'électorat vénézuélien est trop marquée par le douloureux souvenir de la tentative d'invasion cubaine. Quel débarquement, quelle invasion? Les marines US eux, étaient venus, à plusieurs reprises, sur les plages du pays. Mais la 'puissante et expansionniste Cuba?!... Nous sommes dans la mauvaise fable. L'animatrice de l'émission a joyeusement gobé ça et aucun des deux journalistes présents sur le plateau (dont un de l'OBS, régulièrement associé à l'émission), n'a trouvé à redire. 

A quoi se référait-il notre glorieux latino-américaniste du Figaro? Sans doute à la naissance d'une mouvement de guérilla, vers 1963, animé par l'économiste vénézuélien Teodoro Petkoff Malek. Régis Debray et Elisabeth Burgos-Debray, étaient aussi dans le coup. Fidel les avait aidés à l'époque, considérant ce riche pays pétrolier comme important au triomphe de la révolution dans le sous-continent et les Caraïbes. Voilà la terrible invasion et ses combattants. Il y a 50 ans. A en croire le pitoyable spécialiste du quotidien de droite, les vénézuéliens seraient marqués à jamais par ce douloureux souvenir...

Au point, pour une minorité, de leur faire oublier les apports du gouvernement de La Havane au peuple vénézuélien: 40000 médécins, infirmières, et membres d'autres professions médicales.

Ils ont réalisé un travail considérable et très apprécié. Le journaliste du grand quotidien de droite, 'spécialiste' du Venezuela dixit. Une concession verbale faite comme en passant...

 

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens