Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 10:03

Je viens de faire publier les mémoires portant sur une partie de ma vie sous le titre "les 3 voyages d'Abel, fils de républicain espagnol". Je tenais beaucoup à un témoignage qui porte sur trois pans de ma vie: mon départ, d'Espagne, à peine sorti de la petite enfance, seul avec ma mère, rejoindre dans le sud algérien, un père qui avait été interné dans un camp; ma découverte de Toulouse et de "la France métropolitaine" où je débarquais sans connaître âme qui vive, pour étudier à l'université...j'y découvris la vie militante active et une autre manière de participer à la lutte anti-franquiste à partir de ce qui était alors le coeur de la résistance extérieure; enfin l'Algérie en guerre, l'exaltation et les risques mortels dans le combat contre l'extrême droite algéroise qui allait devenir l'OAS.

Le livre s'arrête à la veille de la victoire de la gauche en 81, quand je devins diplomate...

Si ce récit de 506 pages vous intéresse, passez commande à

a.blanca@orange. fr

Le prix affiché est de 20 euros l'exemplaire.

Cela ne devrait pas vous empêcher de continuer à me lire sur mon blog...Salut et fraternité

Antoine Blanca

Repost 0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 12:24

Au dernier moment les Ecossais n'ont pas sauté le pas: il reste à obliger Cameron à tenir ses promesses de campagne pour plus d'autonomie et une meilleure répartition des bénéfices des richesses pétrolières et gazières. Si je me réjouis, ce n'est certes pas pour communier avec le chef conservateur du gouvernement de Londres. C'est, d'abord, pour me solidariser avec le Labour qui aurait eu à payer électoralement la sécession. Mais c'est aussi pour éviter tout effet de contagion en Espagne (Catalogne) et ailleurs. Les peuples et les valeurs culturelles propres aux régions en demande d'indépendance, sont aujourd'hui entendus. Il suffit de parcourir le pays catalan, Euzkadi (Pays basque) ou encore la Galice, pour se convaincre du degré significatif d'autonomie dont leurs habitants bénéficient. Bouleverser cette situation serait, en définitive, un mauvais coup porté à l'Europe toujours en construction fragile.

Antoine Blanca

Repost 0
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 11:30

Les commentaires de la presse qui ont suivi le vote de la confiance accordée par l'Assemblée Nationale à Manuel Valls m'ont plongé dans la perplexité. Le principal reproche adressé au Premier Ministre est de ne pas avoir changé de ligne par rapport à son discours d'investiture. Mauvaise foi ou incompétence des commentateurs (de la presse de droite...mais y en a-t-il une autre?), car la vraie critique qui mériterait d'être retenue serait celle de se montrer politiquement inconstant...Les uns prétendent qu'il se serait 'hollandisé' (néologisme qui permet les interprétations les plus contradictoires); d'autres qu'il s'est trop préoccupé de convaincre 'sa' gauche de sa bonne foi. Un tel prétend enfin que le discours du 16 septembre n'était ni social-libéral, ni socialiste. On voudrait tant coller des étiquettes partout...

Bref tout est trop confus pour éclairer le lecteur. Surtout quand des éditorialistes donnent libre cours à leurs élucubrations, mêlant le possible retour de Sarko aux calculs supposés de Valls à l'horizon 2017, voir 2022. Laissons ces esprits tortueux à leurs calculs oiseux et posons la vraie question intéressant la gauche européenne: au moment où les camarades suédois remportent un succès relatif, mais hautement symbolique, que la gauche européenne fait partout, dans un certain désordre, de la résistance, quand peut-on espérer que le Parti socialiste européen (PSE) sera en mesure de proposer une orientation politique commune pour faire face aux nouveaux défis que posent à la fois la tentation de l'ultra-libéralisme, et la montée des populismes forcément proches de l'extrême droite?

Car, n'en déplaise à 'nos frondeurs' intrépides, le seul gouvernement qui, en Europe persiste dans la protection des droits acquis par les travailleurs, et propose des changements de société qui bousculent les conservatismes, est celui de Manuel Valls sous la présidence de François Hollande.

Antoine Blanca

Repost 0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 10:50

Ce qui se passe en Irak avec l'Etat islamique est le résultat de notre information défaillante et de notre manque de détermination à agir. Les premiers responsables de cette tragédie majeure sont les Américains et leurs plus proches alliés britanniques. Ils ont ouvert un immense champ de bataille au Moyen-Orient et mis en marche une mécanique macabre qui n'est pas près de s'arrêter. A quoi servent tous ces services "d'intelligence", civils et militaires, s'ils n'avertissant pas leur gouvernement et leurs alliés du cataclysme qui approche. Or une puissante déferlante armée comme celle conduite par le chef Al Baghdadi ne relève pas de la génération spontanée. Je ne crois pas que la faute majeure est à mettre sur le compte de CIA et consorts. Mais sur celui du Pentagone et de la Maison Blanche qui ont bien lu les rapports mais se sont refusés à en tirer les conclusions forcément incommodes. L'Etat islamique d'Al Baghdadi s'est déplacé à la vitesse de l'éclair parce qu'il savait ce qu'il voulait. Les chiites de l'armée de Al Maliki ont aussi pris la poudre d'escampette à la même vitesse supersonique, offrant aux djihadistes le colossal armement sophistiqué offert par Washington. L'Occident bouge à petits pas. Parle beaucoup et agit peu sur le terrain. Seuls les Kurdes d'Erbil savent, depuis le début, ce dont ils ne veulent pas. Seuls, ils ont ralenti puis détourné la marche des malfaisants. Hollande est seul aussi à avoir tout compris au quart de tour. Grâces lui en soient rendues.

Antoine Blanca

Repost 0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 11:07

Voilà maintenant 28 mois que presque tous les hebdos politiques éditent des photos de couverture ravageuses (l'Express s'est montré le plus prolixe!) dénonçant les travers ou les prétendues insuffisances du Président. Personne ne parvient, pourtant, à mettre en doute sa probité et son énorme capacité de travail. Ce qui est nouveau, c'est que ce qui est considéré généralement comme une qualité devient, aux yeux même de certains de ses collaborateurs du cabinet, une tendance pernicieuse. "Nous lui faisons des notes, il les lit bel et bien, mais ensuite n'en fait qu'à sa tête! Il corrige de sa main ses projets d'allocutions ou de discours, de A à Z. Quand il n'en écrit pas la totalité lui-même". Et ces prétendus proches de se lamenter: "en un mot, disent-ils, il manquerait de charisme..." Une qualité indéfinissable.

Pour ma modeste part je vois en lui un homme brillant dans les conférences de presse. Moins bon quand il intervient à l'emporte-pièce (comme dans l'affaire Léonarda; mais en cette occasion il avait été pressé par ses conseillers)...Personne ne peut, surtout, contester son action sur la scène internationale: lui que l'on dit indécis, a sauvé le Mali( et sans doute l'Afrique francophone) des djihadistes d'AQMI, rétabli le démocratie constitutionnelle, veillé à ce que des élections libres installent un Chef de l'Etat et un parlement. En Centre Afrique, avec des effectifs militaires réduits, il a sauvé le pays d'une tuerie généralisée à la rwandaise. La vie et l'économie reprennent désormais dans ce qui fut l'empire de Bokassa 1er...

Aujourd'hui notre priorité est la France, l'économique et le social. De là viennent presque toutes les épines. Hollande avait cru les prévisionnistes nationaux et internationaux. Lesquels annonçaient tous la reprise en Europe à l'horizon du 3e trimestre 2013. Ils se sont trompés et nous ont entraînés dans l'erreur. Peut-être que notre Président et son équipe avaient très envie de croire les optimistes...

Antoine Blanca

Repost 0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 10:46

On aurait pu penser qu'un haut responsable politique, ayant commis une bourde monumentale qui l'a conduit à démissionner et obligé Valls à procéder à un remaniement, aurait observé, un certain temps, un silence dicté par une élémentaire décence. Mais, naturellement, personne n'y croyait vraiment. Surtout qu'il n'est plus parlementaire et n'a d'autre lieu, pour exprimer ses désaccords, que la rue et sa belle frimousse.

Sa dernière sortie prouve qu'il veut tenter de frapper le corps, déjà bien endolori, du Président Hollande. "Nous avons été élus, affirme-t-il avec raison, pour faire une politique de gauche et nous nous retrouvons faisant celle de la droite allemande". C'est faux, injuste et relève de l'auto-flagellation. Car enfin, depuis le début du quinquennat il a occupé des fonctions importantes. Si politique de droite il y a, elle ne peut être né en trois semaines de je ne sais quelle génération spontanée. Il aura donc été complice actif, un peu ombrageux, de la politique qu'il prétend dénoncer. En réalité il souhaiterait, ce loup égaré et solitaire, ressusciter un certain chevènementisme. Après avoir été rejeté par Benoît Hamon et l'aile gauche 'institutionnelle' du PS, le voilà qui joue, agressant au passage ses anciens collègues, au super-patriote économique. Il est vrai "qu'impossible n'est pas français"!

Antoine Blanca

PS: Le site de Florange est reparti et Mittal continue d'y recruter. Et le moins que l'on puisse en dire est que Montebourg n'y est pour rien...

Antoine Blanca

Repost 0
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 11:55

France 3 a parcouru les librairies pour constater que le livre trash de Valérie faisait un tabac, semblable à celui qu'aurait provoqué un excellent Prix Goncourt. Pourtant les libraires sérieux faisaient la gueule, certains allant même jusqu'à afficher qu'ils ne mettaient pas le bouquin en vente. Plusieurs dames qui venaient d'en faire l'acquisition répondaient au reporter: "Je fais comme les autres', ou "J'aime connaître les dessous d'une liaison", ou encore "Je sais qu'il n'y a pas de quoi s'en vanter, mais ma curiosité est plus forte". On évoque la perspective de 200.000 exemplaires qui pourraient être vendus. Voilà qui intéressera les finances de l'auteur, de l'éditeur, et des hebdos qui publient les 'bonnes pages'.

On parle davantage de 'femme blessée' que de journaliste intéressée par l'appât du gain. Le père de ses enfants et l'autre compagnon qui précéda Hollande dans l'intimité de Valérie, peuvent dormir tranquilles: écrire sur leur liaison ne rapporterait rien. Si j'en avais la force morale, je plaindrais la dame en question et me serais dit: "Avec quelle souffrance silencieuse admirable elle a vécu pendant neuf ans auprès d'un tel homme, menteur, méprisant son électorat naturel, à la fois fragile et cruel. Espérons qu'elle l'emportera au Paradis, assise à la droite de Dieu".

Mais la réaction que j'ai le plus appréciée revient à l'écrivain Philippe Besson en réponse au journaliste de FR 3 qui lui demandait s'il achèterait le livre. "Quand je marche dans les rues d'une ville et que je vois une déjection canine, j'ai coutume de changer de trottoir. Ma réaction est identique à propos de ce livre qui malheureusement va occulter partiellement une excellente rentrée littéraire!". J'approuve Philippe Besson sans réserve.

Antoine Blanca

Repost 0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 18:00

A croire les différents organes d'information, il faudrait donner la priorité dans les titres de la presse écrite, parlée, télévisée:

1) au livre de l'ancienne compagne de François Hollande et à ses révélations que l'on dit fracassantes. Une bonne affaire, dans tous les cas, pour ses patrons de Paris-Match avec la diffusion, anticipée sur la parution officielle de l'immortel ouvrage, des 'bonnes pages'. Une très bonne affaire, bien entendu, surtout, pour la journaliste. Elle écrit, selon, Le Point, que le Président n'aime pas les pauvres. Valérie, elle, peut proclamer: "Vive les pauvres!" en percevant les gros chèques rapportés par son ouvrage people...

2) l'incartade médiatisée de François Rebsamen sur le contrôle des chômeurs;

3) la vingtaine de maires (sur 36000) qui refusent d'appliquer la loi sur les rythmes scolaires.

Pourtant, sans vouloir jouer au donneur de leçons, je signale à mes chers confrères qu'il y a menace de guerre à la frontière Est de l'Ukraine, que l'Etat Islamique défie militairement tous les membres de l'ONU et liquide physiquement les minorités religieuses, que le virus Ebola continue de s'étendre. Mais ces questions qui devraient être traitées en toute priorité, se trouvent déplacées dans les pages intérieures...

Antoine Blanca

Repost 0
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 10:43

Je ne pensais pas que l'on aurait pu trouver plus ultra libéral que le maudit portugais que je ne regretterai pas. Mais avec le Polonais Donald Tusk, on a atteint une limite que l'on ne pourra plus dépasser. Il n'aime ni la France, ni les Français, il ne parle pas notre langue comme tout polonais cultivé qui se respecte et va accentuer la servitude des institutions européennes vis-à-vis de l'Allemagne conservatrice et fière de sa puissance. On va donner de nouvelles armes à nos amis de gauche que l'Europe Unie peine à convaincre. Oui, vraiment, nous allons survivre dans le déséquilibre permanent.

Antoine Blanca

Repost 0
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 10:59

Je ne suis plus surpris par ce phénomène. La plupart des médias, suivis d'ailleurs par l'opinion, simplifient les gouvernements nommés par Hollande de la manière suivante: au début ils étaient socialistes; ils sont ensuite devenus social-démocrates pour s'échouer, hier mardi 26 août, sur les rivages rocheux du social-libéralisme. Tout cet étiquetage peut satisfaire certains. Mais il demeure que tout cela est erroné. Le socialisme? La démocratie socialiste chère à mon coeur, est-elle mise en pratique quelque part en Europe, pour ne pas parler du reste monde? Cela peut faire encore rêver, mais la Jeune Garde et l'Internationale ont bel et bien rejoint le "ça ira" et "la Carmagnole" dans les vitrines du musée révolutionnaire. Alors la social-démocratie? Une adaptation par les Anglo-Saxons et les peuples germaniques du vieux socialisme aux nouvelles réalités économiques et sociales. Il y a des décennies que le PS travaille, sans le reconnaître, dans cet esprit, même s'il a tenté une dernière contre-attaque en 1981. L'expérience ne survécut pas, terrassée par un monde qui lui était massivement contraire. Alors on a inventé le social-libéralisme. Facilité de langage ou provocation? Ces expressions sont creuses, sont fausses. Malveillantes. Destinées à blesser les hommes et les femmes qui pensent progressisme comme moi-même.

Nous attendrons les résultats plutôt que d'enterrer vivante la gauche de gouvernement.

Antoine Blanca

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens