Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 11:48

Les erreurs, difficilement corrigibles, ont été celles commises par les Occidentaux. Ils n'ont rien vu venir en Syrie quand les salafistes ont prie la place des Frères musulmans. Parce qu'ils ne voulaient pas voir. L'autre erreur de taille: comment ne pas avoir su apprécier l'absence de motivation, voire l'incompétence de l'armée de Al Maliki, ancien Premier ministre chiite d'Irak?

Les inconnues: quel rôle ont joué les Etats du Golfe dans le financement de ce qui est aujourd'hui l'Etat islamique de Al Bagdadi? On nous dit pour nous rassurer que les gouvernements ont arrêté d'aider ces fous de Dieu. Que ce sont désormais les Arabes fortunés qui le font. Mais dans ce monde là, comment faire la différence entre l'individuel et le collectif?

Contentons-nous d'espérer que les erreurs seront corrigées et qu'il ne sera pas trop tard pour le faire. Et qu'en ce qui concerne les inconnues, les masques vont enfin tomber.

Antoine Blanca

Repost 0
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 10:55

Les médias ont souligné jusqu'à l'excès les déclarations successives des deux ministres. Benoît Hamon est, depuis qu'Emmanueli a fait un pas de côté, le leader de l'aile gauche du PS. Cette sensibilité est historique, a toujours existé, sous une forme ou une autre, depuis le congrès de l'Unité en 1905. C'est même un peu dans cette qualité que l'ancien responsable du MJS fait partie du gouvernement. Quant à Arnaud son tempérament bella donna finit toujours par l'emporter. Ont-ils, Arnaud puis Benoît, dérapé sérieusement? Même une lecture sévère de leurs interviews ne le démontre pas. Sans doute les prochaines déclarations du Président et du Premier ministre confirmeront que leur préoccupation est avant tout de ne pas donner, à leurs interlocuteurs chefs d'entreprises et syndicalistes, qu'ils n'ont changé ni dans leurs engagements, ni dans leur orientation depuis la signature du pacte de responsabilité.

Et puis on parle d'austérité: mais on la chercherait en vain dans la politique du gouvernement. La réduction, plus graduelle que souhaité, des déficits, n'a pas entraîné d'aggravation des inégalités. Même si nos concitoyens, enfermés dans un pessimisme irrationnel, continuent de le croire...

Antoine Blanca

Repost 0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 16:30

"Bon appétit, ô ministres intègres", c'est par cette impertinence que le Ruy Blas de Victor Hugo interpellait des excellences en mal de probité. Je suis heureux de pouvoir la rappeler aujourd'hui à propos de Cécile Duflot. Ce n'est pas de malhonnêteté matérielle que j'accuse cette petite dame. C'est de manquement à toute déontologie dans le but de faire parler d'elle. Et de vendre un maximum de sa médiocre production dont je viens de prendre connaissance des 'bonnes feuilles'.

Elle a été pendant deux ans un médiocre ministre du logement du "Président de personne" François Hollande. Auparavant elle s'était faite attribuer la meilleure circonscription du PS en Ile-de-France, couvrant en partie le 11e et le XXe arrondissement. La fédération socialo de Paris a dû, à cette fin, éjecter l'une de ses militantes les plus dévouées. Depuis personne dans le quartier n'a revu la trace de son élue et de son bonnet d'âne. Elle qui, sous les yeux de millions de téléspectateurs situait le Japon dans l'hémisphère sud. Et qui parlait de Cuba en affichant son ignorance crasse sur Fidel et sa révolution.

Il est fort regrettable de constater qu'il suffit à une dirigeante de proférer quelques paroles de mépris sur le Président de tous les Français, d'insulter le Premier ministre avec lequel elle a en d'autres temps travaillé, pour vendre sa pauvre, inconsistante prose. Et bravo au bon goût du Nouvel Obs qui a contribué à la com de l'insultante en publiant des 'bonnes feuilles' qui sont autant de spécimens de mauvaise littérature.

Antoine Blanca

Repost 0
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 18:17

L'armée irakienne, qui commence à se reprendre après avoir fui honteusement en abandonnant un précieux matériel aux mains de l'Etat islamiste, a pris le relais des peshmergas kurdes et tente de reprendre Tikrit.

On ne rappelle pas assez qu'il s'agit de la ville de naissance de Saddam, la région du clan familial et para-familial. Certes ils sont sunnites. Et face à une armée à encadrement totalement chiite, cela peut compter. Mais ce monde-là était surtout partie à l'administration et aux milices du parti BAAS. Laïc par vocation. Et, depuis la chute et la pendaison de leur chef, ils ont tous été soumis à toutes les humiliations, spoliations et sévices. Ils se sont joints à leurs pires ennemis, les religieux barbus, par dépit, par désir de vengeance. Ils est à craindre que les combats à Tikrit seront durs parce que désespérés.

Antoine Blanca

Repost 0
16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 11:10

Tous les dés sont pipés quand on nous parle de la situation en Ukraine.

Si un vrai drame se joue à l'est du pays entre ceux qui étaient hier encore des compatriotes, s'il y a bien eu bavure tragique avec la destruction d'un avion civil, de ses passagers et de l'équipage, toutes les autres informations provenant de cette région sont tronquées.

Peut-on penser sérieusement que Poutine ait monté un convoi de centaines de camions d'une blancheur rutilante, chargés de nourriture et de matériel de premiers secours pour se laisser prendre les mains dans le pot de confiture, en dissimulant des stocks de grenades dans le pain brioché?

Quant aux chars russes que l'on dit stationnés à la frontière, n'avez-vous pas le sentiment de voir et de revoir les mêmes images, diffusées en boucle.

Les Etats-Unis, le secrétaire général de l'OTAN, avec les Européens à la traîne, jouent, tout comme Poutine, un drôle de jeu. Reconnaissons que Moscou le joue mieux que les Occidentaux. Que dire du pitoyable marchand de chocolat censé présider aux destinées de l'Ukraine.

Espérons tout de même qu'à force de jouer à se faire peur nous n'ayons à déplorer un drame majeur, dont la destruction du vol de la Malaysian Air Lines ne serait que le signe annonciateur.

Antoine Blanca

Repost 0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 10:45

Ne soyons pas naïfs au point de croire que l'Allemagne ne joue pas sa propre carte dans la crise ukrainienne. La politique de notre plus proche alliée est autonome quand elle regarde vers l'Est. Berlin n'a pas fini de régler de vieux comptes avec Moscou. Ce ne sont pas les nôtres. Dans l'étrange guerre civile qui oppose des Ukrainiens, les responsabilités des uns et des autres s'équilibrent. Kiev a voulu liquider, au moins culturellement, ses russophones. Ces derniers, aidés de la mère-patrie, ont réagi. Il ne pouvait pas en aller autrement.

Ne nous en mêlons pas. Continuons de livrer les frégates qui nous ont été commandées et à commercer normalement avec la Russie. La guerre froide est terminée. Ne nous laissons pas entraîner par une OTAN qui n'a d'autre raison d'être que d'entretenir ses bureaucrates et ses officiers de salon.

En revanche nous avons des devoirs historiques au Moyen-Orient. Je salue la rapide décision unilatérale française d'aider les Kurdes d'Irak à résister à la barbarie en livrant des armes, classiques ou (et) sophistiquées. Sans attendre une réunion des ministres européens qui ne correspondait pas à l'extrême urgence de la situation.

Nous pouvons être fidèles à l'Union européenne sans nous transformer, pour autant, en porte-coton de Mme Merkel.

Antoine Blanca

Repost 0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 11:31

Ce qui se passe au Moyen Orient est, en premier lieu, la faute des Etats-Unis, incapables d'apprécier une situation sur le terrain; en second lieu celle de certains pays du Golfe qui jouent les apprentis sorciers.
Résumons: 1) à partir de la situation créée par les manifestations en Syrie, les Occidentaux, Américains en tête, ont voulu croire à un mouvement libérateur pour abattre la dictature du BAAS. Nos gouvernants, Hollande en tête, se sont mis à recevoir, sous les projecteurs, des messieurs costumés et cravatés ne représentant rien en Syrie. Ils ont pris leurs désirs pour la réalité. Pendant ce temps les Frères Musulmans laissaient la place aux salafistes de tout poil! Les hommes de El Bagdadi furent les seuls à tirer l'épingle du jeu et à former une armée. L'impensable est en train de se produire: aidés par les sunnites locaux, l'Emirat islamique fait la conquête du Nord de l'Irak, coupant les mains, coupant les têtes, détruisant les églises et terrorisant les chrétiens, les chiites et les "mauvais" sunnites.

Aujourd'hui ils sont aux portes du Kurdistan irakien, semi-indépendant, dernier refuge des persécutés. Les Kurdes ont beau être sunnites en majorité, ils ne veulent pas d'intégristes sanguinaires sur leur territoire. Le désarroi de leurs chefs est palpable.
Les Etats-Unis, grands responsables (par leur incapacité ou leur mauvaise foi) de cette situation, doivent contribuer à anéantir les troupes d'El Bagdadi.

2) Le sort du Moyen Orient se joue aujourd'hui. Ce n'est pas le moment de rouvrir le dossier de la guerre froide. C'est à Bagdad et à Erbil* que se joue la guerre ou la paix du monde. Pendant que nous entendons surtout parler des bouchons sur les routes des week-ends du mois d'août.

Antoine Blanca

* Erbil capitale du Kurdistan irakien
Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:37

La situation désastreuse en Irak touche aussi, aux frontières, le Liban (où l'Armée nationale s'est vu contrainte, au prix de pertes importantes, de défendre l'intégrité territoriale menacée par l'EILL), et la Syrie où les soldats djihadistes ont fait leurs classes.

Pour comprendre ce qui est en train de se passer il faut revenir en arrière:

S'il est vrai que les grands bouleversements sont intervenus avec la guerre Iran-Irak puis, 10 ans plus tard, avec l'invasion du Koweït par les troupes de Saddam, il faut rappeler qu'à cette époque les Etats-Unis voulaient venger l'occupation de leur ambassade à Téhéran et la prise en otage d'une partie de son personnel. Washington et ses alliés ont non seulement encouragé l'Irak à déclarer la guerre à l'Iran, mais ont, indirectement participé à la guerre (la France aussi envoya ses Super-Etendards.

Ce balourd de Saddam a cru que, après avoir perdu 200.000 soldats dans la guerre, il était en droit d'avoir le Koweit en récompense. A la fin du sommet arabe de Bagdad de mai 90, l'ambassadrice des Etats-Unis laissa clairement entendre aux Irakiens que l'invasion du Koweït ne provoquerait que des protestations et un débat au Conseil de Sécurité. Elle devait en fait provoquer la première guerre d'Irak.

Le fils Bush, lui, trouvant la guerre de papa trop timide, inventa l'affaire des armes de destruction massive. Et occupa l'Irak, créa la zone verte, et commença à pendre haut et court ses dirigeants en perdition.

Le moins que l'on puisse dire est que le résultat est lamentable. Les déstabilisations des régimes de Bagdad puis de Damas, ne pouvaient que profiter aux djihadistes. C'était écrit. Les analystes du Pentagone et du Département d'Etat ne l'ont pas vu venir. Ce blog, oui. Les frères d'Al Qaïda occupent désormais une partie du Moyen-Orient, ses puits de pétrole et sont en passe de contrôler l'accès à l'eau potable.

Les Etats-Unis utilisent le force brutale sans intelligence et nous enfoncent dans leur échec, nous les Européens.

En ces occasions nos libérateurs de 44 se sont montrés lamentables.

Antoine Blanca

Repost 0
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 17:28

Les fous de dieu de l'Etat islamique en Irak et au Liban, qui avaient déjà gagné une partie du pétrole de la région en prenant Mosoul, sont en passe de s'emparer aussi des réserves d'eau potable irakiennes. La prise de l'importante ville de Sinjar est un pas décisif qui vient en renfort de cette horrible hypothèse. Le grand barrage de Mosoul est en effet le plus important réservoir d'eau douce d'un pays semi-désertique. Entre hier et aujourd'hui, en outre, la catastrophe humanitaire s'est aggravé avec la fuite de 200.000 habitants de Sinjar.

L'armée officielle irakienne paraît incapable de contenir une progression des prétendus fondamentalistes. S'estimant discriminés par le gouvernement chiite de El Maliki, les sunnites irakiens, majoritaires dans le nord du pays, paraissent regarder avec sympathie, voire soutenir les envahisseurs. Sans doute réaliseront-ils trop tard qu'ils tombent de Charybde en Sylla. Partout où l'EILL a triomphé, les coupeurs de main, les lapideurs sont à l'ouvrage faisant retomber le monde arabe au Moyen-Age.

Américains et Européens versent des larmes d'impuissance. Mais le temps paraît venir où ils n'auront d'autres alliés dans la région que Bachar, le Hezbollah libanais et l'Iran.

Antoine Blanca

Repost 0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 12:49

Les débats organisés sur le thème "à qui appartient Jaurès?" me scandalisent. Comme peuvent me scandaliser toutes les manipulations médiatiques: à partir de sa conversion idéologique, Jean Jaurès a vécu, milité, agi en socialiste. Et il est mort en défense de son idéal de paix et de justice quand le conservatisme hurlait à la mort.

Il a été présent dans tous les combats de la société de son temps, y compris dans ceux que Jules Guesde qualifiait d'étrangers aux intérêts de la classe ouvrière.

Le parti auquel il a appartenu jusqu'au jour de son assassinat n'était pas la maison du silence. La SFIO était née dans la douleur d'un besoin pressant d'unité. Mais à l'intérieur du Parti les chapelles avaient continué de vivre, de gronder et de chanter dans une certaine indépendance.

Jaurès n'avait pas adopté le socialisme par convenance électorale. Il a lutté pour l'unité, proposé une armée nouvelle, un syndicalisme de combat mais négociateur. Il est mort entouré des siens, ses camarades qui faisaient quotidiennement "l'Humanité" dont il était l'animateur et le fondateur. Il est tombé sous les balles d'un criminel intellectuellement armé par la droite et la réaction.

Des hommes et des femmes de gauche peuvent tenter de se l'approprier. Mais quand le centre et la droite prétendent, sans aucune pudeur, le faire à leur tour, nous sommes dans l'indécence la plus abjecte. Il était leur victime. Il est notre héros.

Antoine Blanca

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens