Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 10:56

Le gouvernement français a donné toutes les preuves de son esprit d'ouverture. Au point que, dans certaines autres régions, on commence à parler de favoritisme, voire d' électoralisme: la Bretagne était devenu "territoire PS" au cours de ces dernières années.

Mais deux groupes violents, l'un d'extrême droite, se proclamant indépendantiste, l'autre gauchiste, recherchent l'affrontement avec les forces de l'ordre. Tel n'est pas la position des organisations représentatives des élus, des salariés et, le plus souvent, des agriculteurs. Négociation sérieuse et apaisée, recherche  de solutions responsables. C'est ainsi que l'on peut progresser.

Les violents doivent être dénoncés et marginalisés. Ils rappellent, aux plus anciens, le langage poujadiste* des années 50. De toute manière ils n'obtiendront rien

La Bretagne et les Bretons comptent pour rien aux yeux de ces gens-là.

On est en droit aussi de demander aux médias d'informer plutôt que de 'faire' dans le sensationnel à tout prix.

Ainsi il serait juste de préciser que, jusqu'ici, il n'y a jamais eu plus de 500 manifestants sur la route.

Et que la marge de manoeuvre en économie est, de nos jours, très étroite.

 

Antoine Blanca

* Le jeune Jean-Marie Le Pen fut élu député, en 1956, sur une liste poujadiste (UDCA).

Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 15:55

Je veux partager sans arrière pensée la joie des ôtages libérés et de leurs proches. C'est bien entendu, et accepté, que l'Etat français n'a pas versé de rançon. Que le président du Niger a joué un rôle décisif dans la négociation. Et personne ne peut interdire à l'entourage de ce dernier de bavarder de manière inconsidérée. Une certaine presse sait utiliser à son endroit les arguments irrésistibles de la tentation.

En vérité, ce qui m'inquiéte c'est la promotion commerciale assurée à AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique), groupe armé né des cendres du GIA algérien. Cette organisation criminelle, liquidée au Mali par l'opération Serval et en voie d'être achevée par son prolongement Hydre, a besoin, pour continuer de séduire quelques poignées de jeunes musulmans en mal de sacrifice (et quelques sponsors du Golfe), de faire parler d'elle. Depuis quelques jours une telle promotion leur est assurée, gratuitement, dans le monde en général et en France en particulier.

Etait-ce évitable? Il semble que non. En tout cas les médias se sont jetées sans restriction morale dans les bras des promoteurs.

Or, ces gens-là sont de faux-prophètes et de vrais bandits. Se nourrissant de tous les trafics, alcool excepté et tabac compris. L'intégrisme religieux est leur faux alibi. Leur ignorance en la matière a été mille fois démontrée. A l'image de celle des chebabs somaliens qui, dans leur raid sanglant de Nairobi, prétendaient s'assurer de l'appartenance à l'Islam de leur victime potentielle en lui demandant de donner le nom de la mère de Mahomet. Nom que la plupart des musulmans ignorent sans doute. Cela ne saurait relever ni du Coran, ni d'un article de foi comme, par exemple, 'la fatiha'. Mais le tueur chebab fusillait instantanément le 'mauvais élève'. Chebabs, Aqmi. Bandits et assassins. 

Enlèvement et rançon sont un business comme pourrait être la négociation de quelques tonnes de tabac ou d'une cargaison de hashich. Mais c'est infiniment plus rentable en termes, disons, d'image.

 

Antoine Blanca

Repost 0
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 16:55

J'ai eu ce matin la désagréable sensation que l'exécutif qui est censé gouverner la France s'abandonne sur la mauvaise pente. Avec des alliés qui trahissent, un secrétaire du parti majoritaire bavard et inopérant, une communication errante. Plus nous aurions besoin de solidarité, de clarté et de cohérence, plus les vrais amis de l'actuelle majorité ont le sentiment de se trouver piégés à contre-courant.

Je ne veux surtout pas  combattre le mal existant en affichant inquiétude et vaines interrogations. Nous savons tous que taper fort du poing sur la table, exclure, trancher, sont des exercices plus aisés à proclamer qu'à exécuter.

Mais la pire serait de perdre le sens de la vérité. Il n'y a pas complot à proprement parler, puisqu'en quelque sorte le complot vient, involontairement, de  l'intérieur de nous-mêmes. Du comportement erratique des uns, de l'inconscience des autres, de l'impression de médiocrité donnée par presque tous.

Alors que les réussites, incontestables dans de nombreux domaines (combien d'emplois, de sites industriels, par exemple, nos amis sont parvenus à sauver grâce au dialogue et au volontarisme, que la croissance serait prête à repartir, que la France est de nouveau présente au premier plan sur la scène européenne), voilà que l'opinion estime nous découvri incapables de décider et de tenir. Comme si tout, et n'importe quoi, était renégociable, sans résolution ferme.

Un seul peut prendre une initiative décisive. Le Président. Redonner du souffle à ceux qui, ces temps-ci, en manquent. La droite est dans l'impasse, acculée à la division et à la contradiction permanentes (qui a fait voter l'ecotaxe en reculant devant son application?).

A vous de jouer pleinement le rôle que les Français ont choisi pour vous. Aidez-nous à reprendre le contrôle des choses et des hommes.

Urgent ou simplement nécessaire. Dans l'un ou l'autre cas, il faut changer de méthode.

 

Antoine Blanca


Repost 0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 10:15

Le phénomène n'a cessé de prendre de l'ampleur depuis les attentats géants du 11 septembre 2001: même si cette mauvaise graine diffamatoire se développe sur un terreau déjà fertile. Islam, terrorisme, djihadisme, radicalisme musulman. Termes assimilés que l'on impose à l'opinion occidentale comme synonimes. Chaque attentat aveugle, kamikaze ou non, alimente le discours populiste et le potentiel électoral de ceux qui le tiennent.

Nous savons ce qu'il en est pour le FN en France. Mais ailleurs, en Europe, les partis racistes ou fascisants font déjà partie du gouvernement (Hongrie, Norvège). Quand M. Copé, profitant de l'émotion 'Leonarda', lance une opération insidieuse contre 'le Droit du sol', il vise moins les quelques milliers de Roms nomadisant sur notre territoire, que les millions de francophones procédant de nos anciennes colonies africaines et nord-africaines. Voulant ainsi ignorer que de tels projets retrécissent la dimension productive et culturelle de la Nation.

Pourtant la campagne islamophobe continue. Il suffirait d'un examen lucide, simplement honnête, pour y mettre un terme: attentat après attentat, massacre après massacre, ce sont toujours les populations vivant en pays majoritairement musulman qui sont les premières touchées. Considérés par les occidentaux comme 'islamistes modérés', les Frères musulmans et leurs semblables, tentent d'imposer la Charia sur le droit civil, dans les débats constitutionnels qui ont cours en Tunisie, en Egypte et au Pakistan. En Malaisie, la cour d'appel a décidé l'interdiction de l'utilisation du nom d'Allah par les non-musulmans. Une aberration quand on sait que ce terme a été commun, en Arabie par exemple, aux Juifs et aux Chrétiens bien avant l'appariition de la nouvelle religion mahométane au VIIe siècle. Et on l'implore toujours dans les églises, du Caire à Bagdad en passant par Beyrouth ou Damas.

La meilleure anti-dote pour abattre ces préjugés criminels, sera une dénonciation massive par les principales victimes elle-mêmes. Je veux dire les hommes et les femmes qui ont grandi dans des familles musulmanes.
Encore faut-il, comme c'est le cas en Tunisie ou en Egypte chaque jour davantage, refuser de céder à l'intimidation et au chantage.

Ou simplement au regard de l'Autre.

 

Antoine Blanca


Repost 0
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 11:31

Je prends connaissance d'un nouveau sondage qui se veut pervers: le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, serait plus populaire que son Président et camarade de parti. Si ce résultat ne surprendra personne, tant la situation et les responsabilités exercées par l'un et l'autre sont différentes, chacun comprend la finalité de l'exercice. Encourager la supposée vocation présidentielle du ministre. Entretenir un sentiment de méfiance à son égard de la part du Chef de l'Etat.

Les vrais initiés savent que cette opération est vaine.

Pourquoi? Les explications ne manquent pas: sauf accident majeur, l'échéance considérée est encore lointaine; l'opinion militante et sympathisante du PS (électorat de la primaire ouverte) reste, pour une bonne part, à conquérir pour le challenger potentiel (lequel sait que la droite finit tojours par rassembler son propre camp); le chemin à parcourir pour une remise en ordre de la Place Bauveau* est encore long...Or cela demeure l'objectif prioritaire de Manuel Valls qui se préparait, depuis des années dans l'opposition, à réussir dans cette haute mission. En mai 2012, il avait assimilé depuis longtemps tous les dossiers disponibles la concernant.

Mais ceux qui connaissent bien les deux hommes savent que leur complicité est totale. Ils sont amis, presque complices, trop intelligents et astucieux pour tomber dans les pièges grossiers qu'on leur tend. Ceux qui croient ou veulent faire croire que Hollande ne garde son ministre que pour atténuer les effets de son impopularité actuelle font une mauvaise analyse. On peut nourrir de grandes ambitions et savoir gérer le facteur temps. Ce que ces deux personnalités savent très bien faire.

Valls n'a pas besoin de le dire: c'est dans sa haute mission qu'il se sent le mieux pour organiser son avenir. Fidélité affichée à son camp, travail acharné et méthodique, concret dans son discours. A l'opposé de l'agitation brouillonne et bavarde d'un Sarko auquel les malveillants voudraient le comparer.

 

Antoine Blanca

 

* siège du Ministère


Repost 0
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 10:31

Aujourd'hui la recherche, par la communauté internationale, d'une solution humaine, démocratique, à la crise devenue guerre, relève des arrière-pensées des gouvernenements participants.

Si nous étions autorisés à en rire, la décision de l'Arabie S. de se retirer du Conseil de Sécurité de l'ONU, auquel le royaume participait actuellement, on se décocherait la mâchoire. Un régime exemplaire, chacun le sait, qui gagnerait cependant à se montrer plus modeste, quand on sait que la Ligue arabe, organisme de prédilection des saoudiens a, depuis longtemps, rendu les armes sur le sujet.

Mais pour rester au coeur du débat, disons que tout le monde avait mal évalué, à son départ, la portée de l'événement. Les occidentaux, Américains en tête, ont cru à une évolution mécanique de l'effet 'printemps arabe', avec chute des dictatures en place. Nous l'avions dit ici-même dès le premier jour: le pouvoir de Damas, condamné à se battre le dos au mur , était mieux armé que quiconque pour résister. Sans s'embarrasser de scrupule. Des services de sécurité terrifiants, un corps d'officiers choisi en fonction de l'attachement de chacun au système; des minorités religieuses ou ethniques (l'une et l'autre le plus souvent) convaincues qu'une victoire des camps insurgés, les condamnait à la persécution permanente. Souvent à la disparition.

En outre, et peut-être avant tout, comptant sur des alliés puissants et indéfectibles par conviction ou obligation, dans la région et dans le monde.

En fait la France seule a joué franc-jeu. L'Elysée a voulu croire qu'une coalition de chefs de groupes et de clans politiques, était représentative du peuple syrien tout entier. Défilé de messieurs 'comme il faut', sur le perron du palais présidentiel. Costume/cravate obligatoires. Erreur. On ne fait jamais avancer les choses, sur le terrain considéré, en confondant désirs et réalités.

Assad et son clan savaient, eux, que la seule force représentative d'une possible d'alternance, s'appelait en Syrie, Confrérie des Frères musulmans. Ils savaient aussi qu'une situation de guerre longue venant à s'installer, la Confrérie céderait sa place à des groupes djihadistes sunnites. Parmi eux, Al Qaïda. Formés à la guerre et à l'attentat suicide.

Les alliés, viendraient alors massivement au secours du pouvoir installé. Assad a d'ores et déjà  gagné la sanglante partie. Au prix de centaines de milliers de réfugiés et de dizaines de milliers de morts.

Oui, les préposés à la conférence diplomatique des 'Amis de la Syrie', n'avaient aucune raison de pavoiser. Ils ont fait simplement acte de présence...

 

Antoine Blanca

Repost 0
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 18:12

Les Français ont le secret pour provoquer l'inattendu. Si l'on avait fait l'effort d'être mieux, plus complétement informés, une interpellation pratiquée "avec un certain manque de discernement" par une police appliquant un ordre judiciaire n'aurait pas été à ce point surdimensionnée. La République, en émoi, a oublié un trop long moment les vrais drames qui devraient nous mobiliser en priorité.

Mais il s'est agi en l'occurrence, pour les personnes et pour les clans de la gauche, de ne pas se laisser déborder par l'éventuel concurrent direct. Le 'petit ennemi de l'intérieur' en quelque sorte.

En commençant par le haut ; les hollandistes du Parlement, Bruno Le Roux en tête, ne voulant pas laisser le champ libre à Bartolone et à la prétendue 'gauche du PS' par (triste) exemple. Et tout est allé ainsi. Les écolos se sont progressivement vertueusement déchaînés, après que leur chef nominal, Pascal Durand, se soit saisi de chaque micro tendu à sa portée. En vérité, s'il faut tout dire, ce dernier est en concurrence directe (en tout cas le croient-ils l'un et l'autre), avec Jean-Vincent Placé pour remplacer un copain (ou copine), à un portefeuille. Le sénateur a aux branches un peu tardé à se libérer de son faiteuil sur mesure du Palais Luxembourg, mais il voulu faire fort en session de rattrapage: "Le mouvement lycéen doit reprendre après les vacances" s'est-il exclamé une fois la bataille terminée. Tu t'essouffles à courir après l'échalotte...Mauvais pour les gros coeurs tendres.

Je ne conseille pas à notre ami d'aller tenter de récupérer des jeunes dans la rue: j'ai personnellement assisté à la "conduite de Grenoble" faite à Mélenchon par les ados qu'il prétendait enrôler. C'était net, sans ambigüité.

N'approfondissons pas en ce qui concerne la famille plus ou moins kossovar dont on a tant parlé. Davantage on en apprend, moins cela donne envie de les identifier à une bonne cause.

 

Antoine Blanca

Repost 0
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 12:47

J'ai regardé hier samedi toutes les télés d'info en direct se complaire auprès de la déjà célèbre Leonarda. Serrée de près par un papa omniprésent, frondeur à l'égard de nos autorités et même de notre Président qui pourtant venait d'oser une proposition limitée, mais généreuse.

Je me suis dit que l'adolescente avait beaucoup changé en quelques heures. Ce serait le cas, il est vrai, pour n'importe qui attirant un tel intérêt médiatique. A présent elle nous fait des pieds-de-nez avec aplomb.

Les gens du PS qui ont participé, spontanément ou pas, au spectacle de la révolte contre les conditions de l'intepellation de la jeune fille, sont les premiers responsables de l'avalanche d'attaques qui, en fin de compte, les visent tous. En tête des pleureuses, celui qui se croit chef de parti, Harlem Désir. Hier encore, alors que le Président s'était exprimé clairement, avait fermé le ban, il a de nouveau mis les pieds dans le plat. "Hollande, c'est bien. Mais peut mieux faire". Ce Harlem, il serait urgent, à mon avis, de le mettre en séance de récyclage intensif. A Pristina (capitale du Kosovo) par exemple.

Nous sommes allés, dans cette affaire, jusqu'aux limites de ce que la loi permet. Rien n'apaisera le choeur des vierges. Il nous reste à affronter d'autres petites choses. Comme la remise en ordre de l'économie et de la société, l'accompagnement du redémarrage industriel, la menace de crise majeure du fait de l'instabilité politique à Washington qui menacera de nouveau dans quelques mois, les catastrophes humanitaires majeures en Afrique, au Bengladesh et ailleurs...

Alors, permettez-moi de dire mon ras-le-bol Kosovar. 

 

Antoine Blanca

Repost 0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 11:05

On parle si peu dans mes articles de la partie du continent américain qui nous est historiquement et culturellement la plus proche! Le journaliste Marcel Niedergang  évoquait à son propos les 20 Amériques latines. Son manuel en quatre petits tomes, chez Julliard, à la fois pratique et instructif pour le lecteurs pressés, n'a pas été réédité, convenablement mis à jour,  depuis le milieu des années 70. Je regrette vainement de ne pas avoir pris une initiative en accord avec un éditeur, comme je me le suis proposé mille fois. Velléitaire le bonhomme. Paresse inexcusable sans aucun doute...Ouvrage de consultation et d'information historique, voire géographique, il manque tant aux étudiants qu'aux simples passionnés de "notre" Nouveau Monde.


En Europe on ne paraît  pas s'être aperçu des changements profonds intervenus là-bas dans tous les domaines sensibles à nos yeux: démocratie, vie sociale, richesse culturelle. On n'a surtout pas mesuré la force et la dimension de l'esprit d'émancipation de ces républiques par rapport au grand frère du nord. 'Nos' Amériques connaissent une nouvelle indépendance. Le plus souvent sans agressivité ni esprit de revanche.


Cela ne paraît  pas poser de problème majeur à Washington. On y a d'autres préoccupations qui sont autant de priorités planétaires. Autrement dit, entre le Nord et la Sud les relations se sont normalisées. Dans le bon sens de cette expression employée naguère, dans un contexte bien différent. Celui de la guerre froide.


Mais nous, Euuropéens, éprouvons davantage  de mal à regarder cette région amie comme politiquement, militairement pacifiée. Là où l'on vous parlait hier encore de crises, de drames, de pouvoir autoritaire, de répression, de torture, de disparitions de personnes, on discute désormais développement, amélioration des institutions, relations entre communautés, culture moderne et renaissance des cultures précolombiennes. Consolidation de la classe moyenne, recul spectaculaire de la pauvreté.

A observer les choses de plus près, avec un esprit d'ouverture sincère, il serait simplement judicieux de reconnaître que l'Europe devrait être le meilleur interlocuteur des latinos. Rien d'excluant dans mon propos: il s'agit d'adaptation aux réalités du temps.

 

Antoine Blanca


Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 15:12

Les conditions dans lesquelles il a été procédé à l'interpellation de la collégienne Kosovare Leonarda avaient de quoi émouvoir les hommes de gauche. On peut dire que sur ce point les responsables du PS se sont surpassés. Comblant d'aise, sans doute, leurs adversaires de tout bord.

Le propre Ministre de l'Intérieur venu de leur camp, Manuel Valls, a été publiquement brûlé en place de Grève. Sans procès. Sans droit à la présomption d'innocence. Un député de Lille, Bernard Roman, a même évoqué les rafles de Juifs du temps de l'Occupation. Même Mélenchon n'avait pas osé dépasser un tel seuil.

Voilà un peu pour ce que, avec indulgence, je qualifierais de 'passion'.

Et puis, il y a les faits. Une commission indépendante va incessamment communiquer les résultats de son enquête administrative. Pourquoi ne pas attendre quelques heures. La photo de Manuel Valls n'est pas épinglé sur le liège de mon tableau de bureau. Nous avons en commun l'appartenance au même parti et les origines espagnoles, voire catalanes. Pour le reste, c'est en fonction du sujet que je me déterminerais.

Mais, tant que l'on ne m'aura pas démontré le contraire, l'homme comme le ministre se sont montrés loyaux et compétents. Au moment où cette drôle de campagne de dénigrement a fait irruption, il s'apprêtait à se rendre en Guadeloupe et en Martinique où le taux de délinquence aurait augmenté dangereusement ces dernières années. Il fait son devoir. Comme il veille à appliquer la loi de la République. Que je sache, l'engagement 50 du candidat Hollande portait sur la nécessité de se montrer ferme face à l'immigration clandestine.

Sans préjuger des conclusions de l'enquête administrative en cours, nous sommes en mesure d'affirmer que Valls ne se trouvait pas personnellement à la sortie du bus scolaire. L'arrêté d'expulsion de la famille de la collégienne était alors en cours d'exécution. L'iinterpellation de Leonarda a été le produit de la routine ou, pas à exclure peut-être, d'un excès de zèle malveillant.

Mais...attendons la fin...aurait pu écrire  Jean de La Fontaine.

 

Antoine Blanca

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens