Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 11:17

En Europe, en France en particulier, on se hâte souvent de cataloguer le événements qui secouent l'Afrique sous-saharienne. Pour nous, la partie de l'ouest africain que nous avons longtemps colonisée ne devrait pas être terra incognita. La langue française y est pratiquée officiellement et notre diplomatie joue, plus ou moins discrètement, un rôle particulier (même si les socialistes au pouvoir sont parvenus à mettre fin aux ténébreuses pratiques inaugurées par les mains noires du gaullisme). La monnaie est toujours le franc CFA sur lequel la Banque de France garde une sorte de "droit de regard".

C'est dire que notre pays a une forme de 'devoir d'intérêt' au Burkina. Le régiment d'élite du pays, la garde présidentielle, a remplacé le gouvernement de transition mis en place après que Campaoré ait été contraint au départ en exil. Le général-président de facto a promis, au nom de l'auto-proclamé CND (Conseil National pour la Démocratie), d'organiser des élections libres. Les partis politiques sont d'ailleurs réunis, au moment où j'écris ces lignes, pour examiner la situation politique. Ce n'est donc pas un coup à la Pinochet. En revanche il s'agit bien d'un constat d'échec de la transition. Ceux qui étaient en charge de la gérer ont failli en interdisant la candidature aux élections de nombreuses personnalités au prétexte, qu'à un moment où à un autre, elles avaient servi Blaise Campaoré au cours de ses 27 ans passés à la tête de l'Etat. Ces interdictions arbitraires constituaient une faute majeure aux yeux de nombreux observateurs compétents et impartiaux.

Grâce à internet je peux lire, presque au quotidien, la presse burkinabée que je tiens en haute estime. C'est une excellente observatrice critique de toute l'actualité africaine. Il existe des journaux culturels intéressants; et même ce que j'appellerais un "Canard enchaîné" local qui témoigne chaque jeudi, du sens de l'humour des journalistes du "pays des hommes intègres".

Le Burkina est une vieille nation, qui a une histoire pré-coloniale particulièrement riche. Le Burkina est aussi pauvre économiquement qu'il est riche en talents intellectuels à tous les niveaux, dans tous les domaines. Ne jugeons donc les événements actuels que sur les actes vérifiés. Non en fonction d'a priori dictés par des commentateurs parfois de bonne foi...Et trop souvent ignorants.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens