Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 10:33

L'ONU, en dehors de son budget ordinaire de fonctionnement, ne dispose  pas de fonds propres. Ayant soutenu les opérations franco-africaines pour restituer à Bamako ses territoires occupés par les terroristes, il lui faut bien, à présent, aider à financer cette campagne. Et l'effort de prévention à venir. Aussi, dans la logique de l'appui moral et politique apporté aux libérateurs, l'organisation internationale a-t-elle ouvert une "conférence de donateurs" destinée à soutenir matériellement l'effort de guerre des Africains. Autrement qu'en bonnes paroles. Espérons que les fonds promis ne resteront pas au stade de l'effet d'annonce. Comme c'est trop souvent le cas...

La "conférence de donateurs" consiste, sous l'égide du Secrétariat général de l'ONU, à réunir les représentants des Etats membres qui souhaitent y participer. A cette occasion chacun annonce le montant, en monnaie américaine, qu'il est disposé à consentir. On sait à l'avance que certaines promesses ne seront pas tenues: en moyenne ce sont les 2/3 des sommes annoncées qui parviennent réellement, dans le 12 mois qui suivent, au(x) destinataire(s)*.

Le Mali, le Sénégal, le Tchad, le Niger(riche en uranium) et le Nigéria (anglophone et riche en pétrole) seront, à terme, les plus engagés sur le terrain. Les trois premiers sont trop pauvres pour doter leurs excellents soldats du matériel nécessaire à des opérations de longue durée. Pour payer régulièrement les soldes aussi (ce qui constitue la meilleure garantie contre d'éventuels coups d'Etat).

Pour veiller aux frontières du désert, il faut disposer d'un équipement adéquat, et du personnel compétent pour assurer son entretien.

Les pays européens ont été les principaux donateurs. Ils seront aussi les plus rapides à mettre en application leurs promesses. Européens et africains membres de la CEDEAO** devront, avec l'aide et la logistique précieuse des Etats-Unis et du Canada, installer ensuite leur propre dispositif pour qu'un nouveau front ne s'ouvre pas à l'avenir. Une sorte de nouvel Afghanistan en Afrique. A deux pas de la Méditerranée. Et, du fait de la proximité idéologique aavec les 'chebabs' de Somalie, au bord de la mer Rouge...


Que tous les intéressés se mettent à l'ouvrage. Et ne se contentent pas de dire: "Merci la France!".


Antoine Blanca


* La Conférence vient de se tenir à Addis-Abeba. Elle a enregistré 439 millions de dollars en promesses de dons.

** CEDEAO Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens