Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 11:50

Nous avons assisté, ce dernier week-end, à un exercice délicat de communication politique entre les deux principaux candidats à la primaire PS, François et Martine. Le lieu, Avignon et ses festivals (le off et "l'officiel"). Le thème, la place de la Culture dans un futur gouvernement de gauche. L'argumentation, elle, a vite abandonné les nuages roses du rêve pour parler chiffres, budget. François, courtisant plus que jamais l'électorat potentiel du stauss-kahnisme, a accusé indirectement sa concurrente de propositions démagogiques (elle avait avancé de prévoir 30 à 50% de moyens supplémentaires pour financer les projets culturels). "Je suis sérieux et responsable, moi!", a-t-il dit en substance. Il avait déjà déclaré, la veille, que ceux et celles qui n'annonçaient pas du sang et des larmes à venir, mentaient au peuple. Tout le monde doit le savoir: il y a un Churchill en terre corrézienne.

Martine ne voit pas les choses de la même manière. Elle veut d'abord établir un diagnostic sur ce qu'il convient de faire pour redonner une place privilégiée à la vie culturelle. Les chiffres devront s'adapter aux objectifs et non le contraire. Sa démarche est mitterrandienne. On ne fera rien, à gauche, si l'on situe ses propositions dans le cadre de la seule idéologie ultra-libérale dominante.

Jusqu'ici, pourtant, marquer une différence n'a pas signifié s'installer dans une logique fermée de contradiction, on n'a pas émis de propos irréconciliables. Le dialogue est toujours en perspective et le Projet (adopté à l'unanimité par la représentation légitime du PS) demeure le point de référence. Souhaitons que cette campagne des primaires, en tout point inédite en France, continue de se dérouler dans cet esprit positif. La difficulté est que nous ne sommes pas en présence d'un débat interne entre membres du Parti, comme ce fut le cas en 2007 (où on avait toutefois alors ouvert les rangs à plusieurs dizaines de milliers de sympathisants, avec les fameuses cartes à 20 euros), mais qu'il est ouvert, désormais, à tous les électeurs se déclarant de gauche. On voudrait pouvoir se compter par millions...

Il appartient à chacun, à chacune, de ne pas créér l'irréparable verbal dans une campagne qui ne vient, en principe, que de commencer. Que personne ne céde à la tentation, qui sera permanente, d'aller trop loin dans la polémique.  A l'automne il y aura un  candidat, ou une candidate unique. Pour lequel ou laquelle tous, toutes, devront faire campagne d'une seule voix. Quitte à devoir forcer un peu son enthousiasme.

Antoine Blanca

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens